Laisser partir

De Noga et Patrick Bebey

Print Friendly, PDF & Email

Avec Laisser partir Noga et Patrick Bebey nous emmènent dans leur univers onirique. Une invitation au lâcher prise qui parle aussi d’identités plurielles. Cet album, autoproduit par le duo constitué depuis 2010, paraît hors du temps. «  Il y a une nouvelle forme de guerre, avec ces attentats, aujourd’hui en Égypte, demain en Belgique et après-demain à Paris. Plutôt que de rester abattus on a pris le parti pris de distribuer de la douceur  » explique Patrick Bebey. D’ailleurs, la plupart des titres ont été enregistrés au calme, dans le domaine musical dePétignac, en Charente. À la sanza, au piano, aux choeurs, Patrick Bebey crée un univers poétique sur lequel se greffent les mots de Noga, suisso-israélienne, porteuse d’une mélancolie, entre musique classique et jazz. Sur le titre « La Maladie beauté » un steel drum vient même apporter une touche caribéenne. L’ombre tutélaire de son père, l’écrivain et chanteur camerounais Francis Bebey, plane par intermittence dans la musique de Patrick. En  il lui a rendu hommage sur l’album Oa na mba. C’est aussi à ses côtés qu’il a côtoyé des fi gures de la musique noire comme Miriam Makeba, Mory Kanté ou Roy Ayers. Cette Afrique se rappelle furtivement sur l’album le temps de notes de sanza égrenées sur le titre « Descente » : «  Mon père m’a offert ma première sanza. C’est un instrument envoûtant. Pour moi c’est un vrai combat que les gens intègrent leur cerveau ces sonorités millénaires africaines  » insiste celui qui a grandi entre Paris et Douala : «  Cet héritage m’a forgé. On vivait à Paris. À la maison on parlait en langue douala. On écoutait toutes sortes de musiques : classique, brésilienne, la pop américaine ou anglaise… En même temps, on gardait en tête que nos racines étaient africaines. » Si le duo Noga-Bebey s’est produit récemment en Europe et en Asie, à Brunei, Singapour et au Vietnam, Patrick Bebey ralentit les concerts. En 2010 l’artiste doit enregistrer un nouvel album avec sa formation. Comme toujours ce sera… surprenant : « Un disque de chansons avec mes instruments de prédilection, de la sanza, de la fl ûte pygmée, du piano. Je serai accompagné par des percussions et un quatuor à cordes. »

///Article N° : 13609

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire