L’Alvin Ailey American Dance Theater à la Scène Musicale

Virtuosement viscérale !

L’anthropologue de la danse Roxy R. THEOBALD, revient sur l’actualité et le récent passage en France de cette compagnie mythique. Encouragée dès ses premiers séjours de recherches à New-York par l’illustre Judith Jamison – directrice artistique durant 21 ans succédée par Robert Battle en 2011- , elle rentre à Paris nourrie de ces fructueux échanges. Artiste chorégraphique, par ailleurs, elle n’aura cessé d’abreuver sa créativité et ses réflexions, ici partagées avec un plaisir renouvelé.  

Pour la treizième édition du festival des Etés de la Danse, la  compagnie américaine, a investi du 4 au 22 Juillet 2017, la Seine Musicale de Boulogne-Billancourt. Crée en 2017 sur l’Île Seguin, ce nouveau complexe culturel de 280 mètres de long, a réuni pour l’occasion un public d’autant plus fervent. La troupe fétiche du festival, présente tous les deux ans, depuis 2006 (à Chatelet), a une fois de plus marqué les esprits.

Cinq programmes différents (A I L E Y) furent proposés – dont 5 pour la première fois en France (Ella/R. Battle, r-Evolution/H. Boykin, Piazzolla Caldera/P.  Taylor, No longer Silent/R. Battle, Untilted America/K. Abraham -, comprenant les ballets emblématiques, l’incontournable « Revelations » dansé à 12 reprises et de nouvelles créations. La soirée d’ouverture, très réussi, immergeait d’emblée dans une esthétique mosaïque  captivante : classique, danses d’Afrique de l’Ouest, salsa, jazz, percussions, tango, le ton fut donné !

AAADT Robert Battle’s The Hunt. (c)Rosalie O’Connor

L’esprit Ailey …

A la mort de son mentor, Lester Horton en 1953, le prolifique et visionnaire Alvin Ailey (1931-1989) fonde en 1958 (en pleine ségrégation !) à New-York le Alvin Ailey American Dance Theater (AAADT), pour magnifier l’héritage africain des danses modernes américaines. Il crée l’actuelle « Ailey School » en 1969 et le Ailey Repertory Ensemble (actuelle Ailey II) en 74. Mondialement reconnue, la compagnie sera d’ailleurs sacrée ambassadeur des Etats-Unis en 2008 ( A lire : « L’Alvin Ailey American Dance Theater, De l’ondulant à la verticalité céleste…Tout en grâce, force et modernité« , Africultures,  Juillet 2012).

Certes, « l’esprit Ailey » dépasse la seule préoccupation communautaire. Conscient de la portée sociale et politique de la danse, il avait fait de l’interculturalité sa marque de fabrique, décriant la condition humaine dans son universalité. « J’ai voulu démontré au monde que nous sommes tous des êtres humains et que cette couleur n’est pas importante. Ce qui importe c’est la qualité de notre travail » disait-il (1)

Liant l’art, le peuple et la rue, son œuvre est de ce point de vue anthropologique. « Cry» (luttes des femmes noires), ou encore « Revelations » (l’église baptiste et la ruralité de son Texas natal,) soulignent la dimension culturelle des danses (2). Il souhaitait plus que tout les restituer au peuple.

After The Rain
Choreography: Christopher Wheeldon
Alvin Ailey American Dance Theater (c) Paul Kolnik

Une traversée des continents…

Le programme Y du 21 Juillet, illustrait tout à fait l’hybridité gestuelle et musicale de Ailey.  « the Hunt», «Ella » et «In/Side » de R. Battle sublimaient cette diversité esthétique, ainsi que l’aisance des danseurs dans toutes les disciplines. « Four corners » donnait le « la » de ce voyage intercontinental sous le signe de l’énergie et de la communion salutaire. Technique Dunham et danses d’Afrique de l’Ouest au menu, les corps fluides ancrés au sol, semblaient implorer le ciel sans efforts. Percussions, blues, jazz, world music, la magie opéra de suite, alliant sur scène les quatre coins du monde… Des tambours du Bronx dans «the Hunt » au  ballet abstrait « After the rain » avec un Michael Jackson. Jr (c’est bien ça !) saisissant, en duo avec Jaquelin Green, la transcendance fut palpable. « Cette dévotion se joue à 100% » ! me précisait Hope Boykin, (danseuse phare de la compagnie avec qui j’ai travaillé). Après le poignant solo contemporain « In/Side,» et le tap dance/ jazz endiablé « Ella », la soirée s’achevait sur «Exodus »__ odyssée aux parfums de rap et house music, contre l’obscurantisme.

Si la condition noire aux Etats-Unis a évolué, la posture de la Ailey Compagny reste cruciale, au regard du multiculturalisme. Le slogan« Black lives matter », étant  toujours d’actualité.

 

(1) Alvin Ailey, a life in dance, Jennifer Dunning, Da Capo press, 1996
(2) Cf, AAADT, le corps «en appel” et “en présence”, Roxy R. THEOBALD, Africultures, 2009

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager :

Laisser un commentaire