Le Fils-Récompense

D'Anne Bragance

Le projet initial de ce roman était de revisiter le mythe biblique de l’enfant miraculeux, qui libère un peuple, le réconcilie avec lui même. Pour mener à bien, un tel projet, l’auteur avait besoin de situer l’action de son roman dans un espace exotique,  » où l’on croit encore aux miracles « . Le choix fût porté  » naturellement  » sur l’Afrique, et précisément sur le Sénégal. Mais au fil des contacts de l’auteur avec les autochtones, son roman est devenu un livre sur les tirailleurs, avec comme protagoniste Blaise Massamba Diouf, en évitant subtilement la facilité de l’exotisme. Ancien tirailleur et invalide de guerre, Massamba Diouf aime passionnément son épouse, Coumba Diallo. Celle-ci le lui rend bien. Apparemment, Massamba Diouf a tout pour être un homme comblé. Mais deux chagrins le minent profondément : sa femme stérile, qui fait de lui un homme sans postérité ; l’indifférence de la France, qui a oublié de lui verser sa pension d’Ancien combattant. Mandaté par ses frères d’arme comme leur interlocuteur auprès des institutions françaises, Massamba s’installe un matin au bord de l’océan pour rédiger une lettre au Président de la République française. C’est à ce moment qu’il aperçoit sur l’eau une calebasse dans laquelle se trouve un enfant blanc. D’où vient t-il ? Quels sont ses géniteurs ? Comment s’appelle-t-il ? Massamba Diouf s’interdit de se poser ces questions. Pour lui, cet enfant tant rêvé est l’œuvre de la Providence. Il l’emporte chez lui, décide av...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Partager :

Laisser un commentaire