Les Aventures de Dada 1er

De la troupe Côté jardin

Mise en scène : Marcia de Castro
Print Friendly, PDF & Email

Des Africains aux nez rouges
La culture africaine ne connaît pas la tradition du clown. Elle a des masques comiques comme le Fiélou (masques walèbo de l’ethnie baoulé) dont la drôlerie repose avant tout sur une gestuelle codée et grivoise et qui s’amuse à poursuivre les enfants, des griots amuseurs qui égayent les cérémonies, mais le clown, avec ses grands yeux blancs, sa bouche démesurée, son pantalon trop grand, ses chaussures qui n’en finissent pas et surtout son nez rouge reste une figure occidentale bien peu familière aux Africains qui, d’ailleurs, ne sont peut-être pas très sensibles à ce type de comique. Ce qui expliquerait pourquoi ils n’ont pas vraiment exploré le personnage du clown, ni inventé de clown africain.
Certes, on a tous en mémoire un clown noir qui fut célèbre au début du siècle, le fameux Chocolat, qui avec Foottit ravissait le public des Folies-Bergère. Mais le comique de Chocolat reposait sur sa négrité même et était destiné à faire rire un public blanc. Le comique résidait dans son paraître : il apparaissait comme un clown noir incongru à côté du traditionnel clown blanc et jouait les faux dandys.
Mais de vrais clowns africains susceptibles de faire rire Africains et Européens, voilà qui ne coure ni les théâtre ni les cirques ! Il en existe pourtant. Et peut-être sont-ils les premiers de l’Afrique francophone. Ils viennent du Sénégal et étaient de passage à Limoges pendant le Festival.
Ils sont noirs ont un nez rouge et racontent une histoire de clown. Marième Faye, Patricia Gomis, Cheikh Tidiane Kassé, Maktar Dada N’diaye sont quatre jeunes comédiens de Dakar qui sous la direction de Marcia de Castro ont décidé d’inventer de vrais clowns noirs inspirés de la tradition des clowns européens, tout en revendiquant leur identité africaine.
Depuis 1995, ils tentent ainsi de développer au Sénégal ce genre de spectacle comique, dont il n’existe pas de tradition en Afrique. Ils puisent dans les techniques du cirque : acrobaties, jonglages, dans le comique de répétition, le comique de geste, mais ajoutent à leurs personnages une spécificité africaine à travers notamment des jeux sur l’articulation des mots, des jeux vocaux et acoustiques propres à l’humour africain, tandis que les nez rouges coexistent avec des maquillages inspirés de la culture Peul.
Avec Les Aventures de Dada 1er, ces clowns d’un nouveau genre ont offert aux jeunes spectateurs du Limousin une récréation aussi tonique que désopilante, renouant avec une certaine tradition du Guignol qui veut que les enfants participent à l’aventure et fassent avancer l’histoire. Dada 1er, roi du pays propre, a perdu sa Fifinette. La reine du pays des saletés, Salitout, qui est amoureuse de Dada, l’a fait enlever. Et ce sont les spectateurs qui vont aider le roi à retrouver sa fiancée : un entraînement militaire croquignolet, une battue au milieu du public, un monstre qui joue les sorciers et que les enfants anéantissent d’une simple formule magique, la reine Salitout qui tente plusieurs déguisements pour s’infilter dans l’armée de Dada, mais dont les enfants reconnaissent tous les stratagèmes.
Ils ont fait salle comble tous les jours à l’Espace Noriac. Des Africains aux nez rouges dont le cirque a séduit les jeunes Limousins !

Les Aventures de Dada 1er
Mise en scène : Marcia de Castro
par la troupe Côté jardin
avec Marième Faye, Patricia Gomis, Maktar Dada N’Diaye, Cheikh Tidiane Kassé.///Article N° : 529

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire