Les Comores, chronique d’une renaissance annoncée

« Tous les peuples naissent un jour… ». Edouard Glissant, Le Discours antillais, Folio.

Les Comores sont une terre de légendes. Ce qui s’y dit dans une veillée de conte ne souffre d’ailleurs aucune contradiction. Un pacte entre le conteur et son public l’institue dans la tradition orale. « Hale ndrambo/ Na mwambwa kashindana/ Ne udjo shindana mdru wa mdroni/ Bade ye udjo nekeza » déclame l’orateur à son auditoire, chaque fois que s’entame une nouvelle histoire, comme pour marquer son autorité sur le réel. Autrement dit, « le conte est mensonge/ Celui à qui il est conté, ne le discute point/ quiconque discute la parole du conteur ira en enfer/ A moins qu’il ne prenne parole pour apporter une précision nécessaire ». (1) Les Comores, terre de légendes… il n’existe probablement pas de meilleure piste pour saisir la nature profonde de cet archipel. Ainsi – dit-on dans un conte – ces îles seraient issues des hasards de l’amour. La reine Bilkis [Saba] aurait coursé à une époque lointaine Suleïman Bin Daoud [Salomon] dans ces eaux de la mer indianocéane. Sous le feu de la passion, Bilkis aurait été gagnée par un moment d’inattention, qui lui aurait fait perdre l’une de ses bagues. Celle-ci aurait gagné les profondeurs et aurait aussitôt provoqué l’ultime explosion, ayant engendré ces terres volcaniques. Ceci bien sûr n’est qu’un mythe, à peine fondateur. Mais comment ne pas s’extasier, lorsqu’on est créateur, sur ce destin fabuleux qui ramène le Comorien à la vie sentimentale de deux ancêtres aussi prest...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Les images de l'article
L'islam sert à cimenter les liens dans l'ensemble de l'Archipel. Son introduction dans lae pays date du 10ème siècle
© Soeuf Elbadawi
Ali Soilih, mort assassiné en 1978 par les mercenaires de Denard
© DR
Partager :

Laisser un commentaire