L’hiver peul

Souleymane Diamanka

Coup de soleil et d'ombre
Print Friendly, PDF & Email

La première écoute est un peu ingrate : absence apparente d’humour, tempo languissant, uniforme ; voix grièvement grave ; diction morne, sans concession ; déclamation lunaire, somnambulique ; scansion au coutelas, précise, sans aspérités. On est aussi agacé par ce qui ressemble à une préciosité banlieusarde, celle qui consiste à arabiser les « r » en fin de mot et à transformer les accents aigus en accents graves. On peut enfin trouver rétrograde, plus de 80 ans après le Manifeste du Surréalisme, cette poésie confortablement formaliste qui n’hésite pas à puiser dans les vieux dictionnaires de rimes et de synonymes ! Voilà… l’ai-je bien critiqué ?
Je préférais y aller de cette volée de bois vert avant de me faire moi-même allumer en osant écrire que voici le meilleur disque de « slam » que j’ai jamais écouté jusqu’ici.
Car on est tout doucement, irrésistiblement bercé puis emberlificoté par ce flot lent de mots limpides, d’une évidente sincérité qui ne laisse jamais remonter à sa surface la moindre naïveté.
Souleymane Diamanka n’est certes pas Arthur Rimbaud mais dans le fleuve bien trop tranquille du « slam » (qui n’est trop souvent que du rap ramolli) ce cd émerge comme un pur diamant au-dessus d’un tas de ternes cailloux.
C’est d’abord, à ma connaissance, la première fois qu’est enregistré un authentique dialogue musical et poétique entre le français et une langue africaine, en l’occurrence le peul.
Souleymane, qui a grandi dans une banlieue de Bordeaux, maîtrise ces deux langues grâce à son père « berger avant d’être ouvrier » dont la voix croise celle de son fils dans le magnifique « L’hiver peul », ode à leur peuple nomade qui résume si bien l’intention de ce disque : démontrer que le lien entre l’Afrique ancestrale et ses enfants de la diaspora n’est pas rompu, et qu’il peut devenir la source vive d’une nouvelle expression musicale et poétique.
A mille lieues du baratin médiocre des rappeurs et slameurs besogneux qui nous assomment de leurs vers indigents, Souleymane Diamanka nous impressionne par l’ingéniosité de ses métaphores et la richesse de son vocabulaire. Ses mots tombent juste et ils swinguent vraiment.
Un souffle épique traverse ses vers, qui semblent plus proches du XIX° siècle que du XX°.
Lamartine et Victor Hugo l’auraient sûrement apprécié plus que René Char ou Prévert.
Cependant, si Hugo avait écrit (en vain) dans son testament « défense de déposer de la musique le long de mes vers », ceux de Souleymane Diamanka seraient sûrement illisibles sans musique.
Or de la musique, il y en a beaucoup ici, et que de la bonne. De la musique peule d’abord, avec cette vièle monocorde ancestrale, obsessionnelle, qui ponctue délicatement tout ce disque, et qui fait de « Je te salue vieux Sahara » un vrai chef d’oeuvre. On ne s’étonne pas non plus d’y croiser de grands solistes de jazz comme le batteur André Ceccarelli ou le pianiste Éric Legnini.
Il fallait oser faire une aussi belle chanson, sans chanter, de la confession d’un serial killer.
(« Les voix dans ma tête »). Avec le vibraphoniste américain Roy Ayers, Souleymane continue dans « Le rêve errant du Révérend » de fréquenter les régions les plus obscures de la pensée.
Son duo avec Grand Corps Malade ne quitte pas cette atmosphère morbide qui est la sienne.
Son hommage à notre cher vieux maître Ahmadou Hampatè-Bâ nous tire des larmes.
Bref, s’il est un cd qui mérite d’être aimé et écouté par ceux qui hantent ce site, c’est celui-ci.

L’hiver peul, Souleymane Diamanka (Barclay-Universal)///Article N° : 6758


Laisser un commentaire



Africultures a franchi le cap des 10.000 articles depuis sa création en 1997
Nous remercions tous nos contributeurs et nos lecteurs
Inscrivez-vous à la newsletter pour suivre nos publications