Norma Claire danse la créolisation du monde

Print Friendly, PDF & Email

Dans chacune de ses pièces, Norma Claire explore une question touchant l’humain. Présentée au Théâtre d’Ivry-Antoine Vitez, sa dernière création Together, vite ! témoigne de sa proximité avec la pensée d’Edouard Glissant, immense poète-penseur, chantre de la créolisation du monde, qui vient de disparaître.

« Le métissage est au fondement de mon travail et de mon identité. Mes deux parents sont guyanais mais j’essaye d’être habitée autant par la créolité que par l’africanité et l’occidentalité », affirme Norma Claire, à quelques jours de la première de Together, vite ! au Théâtre d’Ivry-Antoine Vitez. Pour qui connaît son travail, qu’il soit artistique ou pédagogique, cette profession de foi éclaire l’ensemble de la démarche de cette chorégraphe qui s’est longtemps battue avant d’être reconnue.
S’approprier la différence
Après avoir exploré dans ces précédentes créations les questions de l’amour, de l’exil et bien sûr du métissage, Norma Claire s’attaque dans sa nouvelle pièce à la différence. Pas n’importe laquelle : celle qui « fonde l’humanité », « celle qui crée les ressemblances entre les êtres », pour reprendre les mots d’Edouard Glissant. « Alors qu’on assiste aujourd’hui, un peu partout dans le monde, à des réactions de repli identitaire, il m’a semblé urgent de traduire cette pensée très forte du poète, souligne la chorégraphe. L’humanité est constituée de nos différences. Ne cherchons pas à les gommer mais à les accepter. Quelles que soient nos origines, nous appartenons à une communauté. Nos différences sont imprégnées en nous tous« . Sur le plateau, Norma Claire réunit cinq danseurs de cultures et d’origines diverses. De la Thaïlande à la Côte d’Ivoire en passant par la Chine, l’Inde et le Maroc. L’écriture chorégraphique s’attache à marier leurs techniques : break, danse orientale, danse africaine ou danse indienne. « Ce qui m’intéresse, poursuit la créatrice, c’est de voir comment l’on peut s’approprier la différence de l’autre. Comment on l’intègre, comment l’on s’ouvre… »
Quelque chose de simple
Comme dans ses précédentes créations, Norma Claire choisit l’épure et la simplicité. L’écriture se fait légère, portée par une mosaïque de musiques. À la narration, elle préfère le fragment, la succession de tableaux qui entraîne avec elle l’imagination du spectateur. Au fil de la pièce, se danse la créolisation du monde, l’interaction incessante des cultures.
Alors qu’Edouard Glissant vient de disparaître le 3 février, Together vite ! prend la dimension vibrante d’un puissant hommage au poète. Celui-ci, qui suivait avec intérêt le travail de Norma Claire, écrivait à son propos : « elle dit la nécessité absolue pour les humains à se reconnaître différents et à vivre tous les possibles métissages qui font l’équilibre de l’humanité, cet absolu nécessaire à l’Unité des Mondes« .

Article paru dans le magazine Afriscope n°20 mars-avril 2011 et sur leur site :[ici]///Article N° : 10028

  •  
  •  
  •  
  •  
Les images de l'article
Norma Claire © David Merle




Laisser un commentaire