Fiche Personne
Réalisateur/trice Scénariste Monteur/se

Claire Simon

France

Français

Réalisatrice, scénariste et monteuse française.
Née à Londres (GB) en 1955, Claire Simon a appris le cinéma par le biais du montage et a tourné parallèlement des courts métrages indépendants dont La Police (1988) ou Scènes de ménage (1991). Elle a également réalisé plusieurs documentaires notamment Les Patients (1989), Récréations (1992), Coûte que coûte (1995) et Mimi, présenté à la Berlinale en 2003. En 1997, elle a signé son premier long métrage de fiction, Sinon oui, qui a été sélectionné tout comme Ça brûle (2006) et Les Bureaux de Dieu (2008) à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes.

Claire Simon tourne ses premiers courts métrages en autodidacte. En 1991, elle signe pour le petit écran une série remarquée, « Scènes de ménage ». Un an plus tard, elle réalise « Récréations » mais le film ne sortira en salles qu’en 1998. Entretemps, la cinéaste s’est fait un nom dans le monde du documentaire grâce à « Coûte que coûte », chronique de la faillite annoncée d’une petite entreprise. En 1997, elle réalise son premier long métrage de fiction « Sinon, oui » présenté à Cannes. S’emparant de récits authentiques, elle filme le flirt de sa fille dans « 800km de différence » et écoute une amie lui raconter sa vie à la fois banale et unique dans « Mimi ». Elle revient en 2006 sur le terrain de la fiction pure avec « Ça brûle », présenté à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes.

FILMOGRAPHIE
2013 Gare du Nord
2013 Géographie humaine
2008 Les Bureaux de Dieu
2006 Ça brûle
2004 Est-ce qu’on a gagné ou est-ce qu’on a encore perdu?

Source:
www.pardolive.ch/fr/catalogue/person?pid=12995&finit=&dinit=&cinit=&sid=&day=&vid=&eid=66

Commentaire FIFF 2008 (Namur) :
Etudiante en ethnologie, arabe et berbère, Claire Simon décroche des stages de montage grâce à la Cinémathèque d’Alger. Elle tourne ses premiers courts métrages en autodidacte au milieu des années 70. En 1991, Claire Simon signe pour le petit écran une série remarquée, « Scènes de ménage ». Un an plus tard, avec « Récréations », elle observe la cruauté à l’oeuvre dans les cours d’école. Elle signe encore « Coûte que coûte » en 1995. En 1997, Claire Simon réalise son premier long métrage de fiction, « Sinon, oui », inspiré d’une histoire vraie, celle d’une femme qui s’invente une grossesse. Après ce film, elle poursuit sa route hors des sentiers battus en tournant pour la télévision, avec les élèves du TNS, « Ça c’est vraiment toi ». Avec « Les Bureaux de Dieu », la cinéaste est de retour au FIFF après « Ça brûle » présenté en 2006.

English

French Film Director, Scriptwriter and Editor.

Born in London (UK) in 1955, Claire Simon learned to make films by working as an editor while also directing independent short films such as La Police (1988) and Scènes de ménage (1991). She has also made several documentaries including Les Patients (1989), Récréations (1992), Coûte que coûte (1995) and Mimi, screened at Berlin in 2003. In 1997 she directed her first fiction feature, Sinon oui, which, like her subsequent films Ça brûle (2006) and Les Bureaux de Dieu (2008), was selected for the Directors’ Fortnight.

2013 Gare du Nord
2013 Géographie humaine
2008 Les Bureaux de Dieu
2006 Ça brûle
2004 Est-ce qu’on a gagné ou est-ce qu’on a encore perdu?

Source:
www.pardolive.ch/en/catalogue/person?pid=12995&finit=&dinit=&cinit=&sid=&day=&vid=&eid=66


__________

IT

Nata a Londra nel 1955, Claire Simon ha imparato a fare cinema passando dal montaggio e parallelamente girando dei cortometraggi indipendenti – segnaliamo La Police (1988) e Scènes de ménage (1991). Ha realizzato diversi documentari, tra cui Les Patients (1989), Récréations (1992), Coûte que coûte (1995), e Mimi, presentato alla Berlinale nel 2003. Nel 1997 ha firmato il suo primo lungometraggio di finzione, Sinon, oui, selezionato, come i successivi Ça brûle (2006) e Les Bureaux de Dieu (2008), alla Quinzaine des Réalisateurs a Cannes.

2013 Gare du Nord
2013 Géographie humaine
2008 Les Bureaux de Dieu
2006 Ça brûle
2004 Est-ce qu’on a gagné ou est-ce qu’on a encore perdu?