Poétique peinture musicale

Lire hors-ligne :

Un livre, des peintures, de la musique, c’est ainsi que se décline le nouveau projet de l’artiste Apkass, avec le plasticien Bruce Clarke. Sortie de Mais il arrive que la nuit tombe à l’improviste le 18 février.

« Un mur de la honte », c’est ainsi que des associations citoyennes dénomment les barrières renforcées à Calais, en décembre, pour empêcher l’immigration clandestine vers l’Angleterre. L’Europe est devenue un des territoires de migrations les plus meurtriers du monde. À cette réalité dramatique, le nouveau projet du poète Alain Kassanda, alias Apkass, et du plasticien Bruce Clarke entend justement « redonner corps, âme, histoire et culture à cette figure anonyme, habituellement appréhendée d’un seul point de vue administratif et médiatique à des fins de contrôle social et politique ». À savoir « l’immigré », « le sans-papiers ». C’est alors que se déploie dans cet album-livre, la figure imaginaire de Jean Tshisuaka. Le personnage d’Apkass parcourt les pavés parisiens puis le bouillonnement de Kinshasa. Un parcours connu de l’artiste de spoken word, né et ayant grandi dans la capitale de la République démocratique du Congo avant d’arriver en France à l’âge de 11 ans.
Chantier de vie
A travers Jean Tshisuaka, pendant trois jours nous est conté l’exil, la séparation familiale et la déshumanisation orchestrée par les politiques françaises. Avec le titre « Ouvrier importé », un hommage est rendu à ces vieux Subsahariens ou d’Afrique du nord qui ont fait leur vie dans les foyers de travailleurs migrants, bâtisses au cœur de l’hexagone, surpeuplées et ghettoïsées : « Il se souvient / Paris, l’usine, les
premiers jours / La France à reconstruire / Le départ provisoire / La famille / Tous ses espoirs / ‘40 ans d’une vie provisoire/ Dans ce foyer […] Fissures sur les murs / Fissures sur la peau / Ils ont vieilli ensemble / Ouvrier importé ».

C’est une plongée dans l’Histoire à hauteur d’homme que dessinent Apkass et le plasticien sud-africain Bruce Clarke. Il n’est pas surprenant de retrouver la marque de fabrique de ce dernier dans ce projet : la réhumanisation des victimes de l’oppression contemporaine est au cœur du travail de cette figure de l’anti-apartheid sud-africain. Dans son livre Dominations (1) il écrivait : « L’histoire n’est qu’une série de dominations orchestrées par une minorité au détriment d’une vaste majorité. À chaque étape, un alibi, une justification, […] face aux vérités imposées, devons-nous rester bouche bée et constater notre impuissance ? Ou n’est-il pas plutôt de notre devoir d’essayer de décrypter et dénoncer la mystification sous toutes ses formes ? ». Pour Mais il arrive que la nuit tombe à l’improviste, sa peinture « n’illustre pas la poésie, elle la prolonge et l’étoffe », exprime à juste titre Apkass.
Création collective
On retrouve également dans cette aventure des voix du collectif Chant d’encre monté par Apkass autour de la mémoire du génocide des
Tutsi du Rwanda. Ainsi que la mise en maquette des artistes graphistes Les Sœurs Chevalme. Quant à l’orchestration musicale, signée Jr Eake et Florent Dupuit, c’est un mélange de cuivres, de cordes, allant d’ambiance mélancolique à des morceaux plus rythmés. La lutte et la trajectoire individuelle de Jean Tshisuaka sont ici prétextes pour stimuler un renouveau du combat collectif. Une « commune humanité »à réaffirmer chaque jour, par chacun envers l’autre, le même. Terminons par ces mots de James Baldwin repris en introduction du livre : « Si raconter comment nous souffrons, comment nous sommes heureux et comment nous pouvons triompher n’est pas une chose nouvelle, elle doit être entendue cependant. Il n’y a rien d’autre à raconter. C’est notre seule lumière au milieu des ténèbres ».
Mais il arrive que la nuit tombe à l’improviste : résolument une œuvre lumineuse !

(1) Bruce Clarke, Dominations, éditions Homnisphères, 2006Mais il arrive que la nuit tombe à l’improviste
Un livre-disque de Apkass, illustré par le plasticien Bruce Clarke. Edité par O’rigines. Sortie février 2015. www.apkass.com///Article N° : 12665

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire