Printemps des poètes. Sans couler

Print Friendly, PDF & Email

Africultures célèbre la poésie. Initiée en 2013, la série le Printemps des poètes continue avec des artistes du monde entier.Simplement parce que la poésie est « peut-être la meilleure manière pour communiquer avec l’intime, l’invisible, et les autres » (1).

Là où le sang a coulé
Notre histoire a commencé
Sang versé – Larmes coulées…

Sang versé – Larmes coulées
Mémorial Cap 110 – Martinique
C’est là que tout a commencé
Là où nos 1er pas côte-à-côte nous ont guidés
Nous avons marché dans les pas de nos ancêtres communs
Nous avons marché…
Et face à ce bout précis d’océan où nombre de nos ancêtres ont versé leur sang
Nous ne nous sommes rien dit…
Quand les larmes ont coulé, nous ne nous sommes rien dit
C’est à la vie que nous avons dit Oui
Et les larmes ont coulé car,
Dans ce silence morbide
Nos cœurs avaient déjà compris qu’ils seraient unis par la mort pour la vie
Face à l’horizon, nous avons pleuré comme pour noyer notre chagrin
Dans ce bout d’océan où nos ancêtres noyés ont versé leur sang
Nous avons vu la mort à l’horizon…
C’était alors le début de notre histoire
Et elle ne nous appartenait déjà plus l’histoire : la nôtre, celle de l’humanité
Celle du sang versé et des larmes coulées…

Sang versé – Larmes coulées
Côte-à-côte nous avons continué à marcher
Et c’est au pied du Mont Pelée que nous avons posé le pied
Là, nous, militants de la parole, nous n’avons rien dit
Nous nous sommes tus
Au pied du Mont Pelée, en silence,
Nous avons écouté les autres nous raconter l’histoire de nos ancêtres, la nôtre :
Celles du sang versé et des larmes coulées
Et, ensembles, nous avons marché vers le vent glacé du sommet
Nous avons cru réveiller le volcan
Mais ce sont nos cœurs qui étaient brûlants
Et nous nous sommes tus…
Nous nous sommes tus pour ne pas te tuer car nous savions…
Nous savions que nos mots militants
Pouvaient être aussi violents que l’éruption du volcan où nous marchions
Nous savions qu’à force de dénoncer nous mettions nos vies en danger
Nous savions que par nos maux, la mort entrerait dans nos vies
Mais nous ne voulions pas que tu sois le 1er à partir
Alors nous nous sommes tus…
Nous nous sommes tus comme pour tenter de changer l’histoire
Notre histoire : celle du sang versé et des larmes coulées…

Sang versé – Larmes coulées
C’est l’histoire de l’humanité
C’est mon histoire avec Toi
Sang versé – Larmes coulées
Chaque fois que le sang coule, je verse des larmes
Une larme pour chaque goutte de sang
De ton sang qui est mien
Du sang que j’ai versé quand mon eau a coulé
Et que tu as rejoint nos ancêtres au fond de l’océan
Cette fois-ci encore, nous, tes parents militants, nous nous sommes tus…
Nous n’avons rien dit…
Mais nous avons pleuré et nous avons prié
Et par ta vie sacrifiée
Nous avons compris que nous ne nous tairions plus jamais
Puisque nous sommes fertiles…

Puisque nous sommes fertiles
Nous sommes partis sur des routes séparées pour peupler le monde
Nous n’avons plus besoin de marcher côte à côte
Puisque nous sommes unis à vie par Ta mort
Tu es Mort-Né…
Tu es Mort-Né et nous te faisons grandir
Dans les valeurs que nous transmettons à tous les enfants du monde
Et comme un enfant écoute ses parents, nous y arriverons :
Puisque tu grandiras dans chacun des enfants qui croiseront nos routes
Demain, le monde sera meilleur…
En attendant je pleure…
Je pleure…
Chaque fois que le sang coule, je verse des larmes
Sang versé – Larmes coulées
Déchirée dans ma chair de Mère
Je laisse couler une larme
Pour chaque goutte de sang versée par Mes enfants du monde
Puis je renais de moi-même
Et tu renais en Moi
Et à chaque nouveau Moi(s)
L’Histoire se répète
Sang versé – Larmes coulées…
Sang versé – Larme coulé
Coulée de sang – Larmes versées
Larme versée – sans couler

(1) Citation de Yanick Lahens. Extrait de la vidéo « A quoi sert la poésie ? A quoi sert la littérature? « ///Article N° : 12124

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire