Ala te sunogo – Dieu ne dort pas

Festival Les Afriques

Print Friendly, PDF & Email

Jusqu’au 30 mars, la compagnie BlonBa investit le Grand Parquet à Paris avec la pièce Ala te sunogo – Dieu ne dort pas. Une satire sociale et politique, petit bijou de drôlerie et de poésie, qui s’inscrit au cœur de la programmation du festival Les Afriques, un mois de spectacles africains, dont les bénéfices vont soutenir la réouverture des salles culturelles BlonBa à Bamako (Mali) et Espace Linga Tèrè à Bangui (Centrafrique), fermées depuis les événements dramatiques qu’ont subi ces deux pays.

Ala te sunogo – Dieu ne dort pas retrace l’histoire de Solo, un jeune garçon muet vivant dans la rue. Son langage c’est la danse. Sa petite amie, Goundo, tente de le faire embaucher par Cheikna, qui possède un centre culturel prospère. Mais ce dernier est en proie à des attaques incessantes, harcelées par les impôts et par une administration corrompue. Sur les planches cette histoire célèbre le renouveau du kotèba, ces farces burlesques de critique sociale traditionnelles maliennes. Les protagonistes, dont la célèbre Diarrah Sanogo, qui a remporté le trophée de la « Meilleure comédienne » des Grands Prix Afrique du Théâtre Francophone en 2009, jouent, chantent, dansent, nous font rire et nous émeuvent. L’enchaînement des saynètes à un rythme soutenu oscille entre comique burlesque, moments de délire total, poésie, comédie de mœurs, et politique. L’écriture est percutante, les répliques font mouche. Les passages en bamanan (langue des Bambaras, population majoritaire au Mali) transportent le spectateur, et même sans connaître la langue, le ton et les mimiques des comédiens nous ouvrent les clés de compréhension des dialogues. On rit, on pleure, on s’énerve à l’unisson avec eux. Au final, on passe un très bon moment de détente et de réflexion, très loin des sentiers rebattus des comédies de satire politique qui pullulent dans les théâtres parisiens. On a affaire à du théâtre populaire – au sens noble du terme- mêlé à de la danse contemporaine. On pense à l’esprit de la commedia dell’arte ou de Molière.
La création de cette pièce Ala te sunogo – Dieu ne dort pas a été interrompue par le coup d’Etat de mars 2012, et la salle ouverte par la compagnie BlonBa en 2004 a du fermer. Créée en 1998, à Bamako, par Alioune Ifra Ndiaye, son directeur, et Jean-Louis Sagot-Duvauroux, écrivain, la compagnie a produit 18 spectacles de théâtre, dont 15 ont connu une diffusion internationale, dans huit pays d’Afrique, d’Europe et d’Amérique du Nord. En tout, plus de 400 représentations, avec la participation d’une cinquantaine de comédiennes, de comédiens ou de danseurs. Depuis la fermeture du lieu, la compagnie BlonBa a constitué le Collectif Kotèso. Une convergence d’artistes et de structures du spectacle vivant qui se mobilise pour la mise en place d’un lieu provisoire de spectacle avec une programmation régulière ouverte aux créateurs du Mali. Et c’est pour cette noble raison que le festival Les Afriques a été créé. Une belle pièce pour une bonne cause, en somme.

Ala te sunogo – Dieu ne dort pas, un spectacle de la compagnie BlonBa
Tout public à partir de 10 ans
Au Grand Parquet, du 6 au 30 mars 2014, les jeudis, vendredis et samedis à 21h, les dimanches à 17h
Au Théâtre de Bligny, le mardi 11 mars à 20h30
Au Théâtre d’Ivry Antoine Vitez, le vendredi 4 avril à 20h et le samedi 5 avril à 18h
Au Théâtre de l’Arlequin (Morsang-sur-Orge), le dimanche 6 avril à 17h
http://www.les-afriques.com////Article N° : 12125

  •  
  •  
  •  
  •  
Les images de l'article




Laisser un commentaire