« Rester vigilant sur la banalisation du racisme »

3 questions à Virginie Sassoon

Lire hors-ligne :

Virginie Sassoon travaille sur le contenu éditorial du site Racisme ordinaire depuis décembre 2013. Docteure en sciences de l’information et de la communication, et experte associée à l’Institut Panos Europe (une ONG internationale spécialisée dans l’appui au pluralisme de l’information), elle a notamment dirigé l’ouvrage collectif Précis à l’usage des journalistes qui veulent écrire sur les noirs, les musulmans, les Asiatiques, les Roms, les homos, la banlieue, les juifs, les femmes …

Quel est l’objectif de France Télévision, qui a lancé cette plateforme ?
Le racisme ordinaire s’exprime tous les jours, de manière consciente ou inconsciente, à travers un trait d’humour maladroit, une question anodine, ou une petite phrase qui semble bienveillante. Il est bien plus difficile à identifier comme étant du racisme, qu’une insulte ou une agression physique. En recueillant ces témoignages, France Télévisions souhaite faire comprendre le ressenti de ceux qui vivent ces discriminations au quotidien, ou qui en sont les témoins. L’objectif est également de proposer des analyses d’experts, mettre en lumière des initiatives culturelles et citoyennes, et de rester vigilant sur la banalisation du racisme.


#RacismeOrdinaire – Les mots qui font mal par franceo

Que répondez-vous à celles et ceux qui dénoncent un déni de la réalité du racisme anti blanc sur la plateforme ?
Nous avons publié sur la plateforme des témoignages de personnes blanches qui ont été victimes de préjugés en raison de leur couleur de peau, mais ce phénomène reste très marginal. Les discriminations au logement, à l’emploi, les actes de racisme ordinaire, vécus par les personnes issues des minorités sont quantitativement et symboliquement sans comparaison avec ceux vécus par des personnes blanches. D’autre part, historiquement et idéologiquement, on ne peut pas mettre sur le même plan le racisme anti-blanc, concept qui émane à l’origine de l’extrême-droite, et l’antisémitisme, le racisme anti-noir ou anti-arabe.

France TV passera-t-elle l’étape suivante ? Au-delà de la parole, le sens et le courage des actes, en donnant l’exemple et colorant un peu plus son antenne ?
Le fait que France Télévisions lance cette plateforme témoigne d’une prise de conscience. Il est nécessaire de faire reconnaître l’existence du racisme sous toutes ses formes. C’est une première étape pour ne plus être dans le déni. Espérons que les dirigeants de France Télévisons prendront les décisions qui s’imposent. En avril la plateforme sera reprise par le délégué interministériel à la Lutte contre le Racisme et l’Antisémitisme.

///Article N° : 12130

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire