Séries TV #3 : Qu’est ce qu’on regarde à Maurice ?

Entretien de Claire Diao avec Jeannot Poisson

Print Friendly, PDF & Email

En Afrique, la télévision a depuis longtemps supplanté le cinéma. Clips musicaux, journaux d’infos et séries TV sont autant d’événements qui réunissent les familles autour du petit écran. Qu’en est-il actuellement sur l’Ile Maurice ? Quelle série est à la mode ? Quelle influence joue-t-elle sur la population ? Valorise-t-on les productions locales ou se nourrit-on essentiellement de programmes étrangers ? Cette semaine, Jeannot Poisson, journaliste au quotidien Le Mauricien et à Weekend-Scope Magazine, décrypte pour nous son petit écran.

Quelle est, à ce jour, la série TV locale qui a rencontré le plus grand succès à Maurice ?
Voisine Voisine, le premier feuilleton « made in Mauritius » en 1997. Une sorte de feuilleton-fleuve dont l’intrigue repose sur la relation entre deux individus que tout oppose : un mauricien de foi hindou – et de classe moyenne – et une catholique issue d’une famille aisée.

Quelle est, selon vous, la série étrangère qui a connu le plus grand succès à Maurice ?
24h Chrono, Prison Break. Elles étaient diffusées sur les chaînes locales. Le concept original du temps réel 24h Chrono, les rebondissements explosifs de Prison Break ont tenu les téléspectateurs en haleine. Ce sont des séries très accessibles, ni trop complexes ni trop fades. On a toujours envie de connaître la suite.

De quels pays viennent la majorité des séries TV et pourquoi  ?
Des États-Unis, d’Angleterre, de France, d’Inde, etc. Maurice est un pays multiculturel, nous sommes tous un peu trilingue. Les séries étrangères s’exportent donc facilement. Les séries brésiliennes (multiplie intrigues familiales et rebondissements sentimentaux) ont toujours attiré un grand public à Maurice. Mais à la télévision, la majorité des séries (même américaines) sont diffusées en version française.

Quelles thématiques plaisent particulièrement aux téléspectateurs ?
Les séries sentimentales (soap), policières et humoristiques.

Qui regarde essentiellement ces séries télévisées ?
Je pense que tout le monde suit au moins une série, même si c’est de manière irrégulière. Elles sont principalement diffusées en prime-time (première partie de soirée, NDLR) entre 20h et 22h sur CanalSat, notamment Canal+ et Canal+ Séries.

Les chaînes de télévision favorisent-elles la production locale de séries TV ?
Depuis Voisin Voisine, outre une courte série humoristique de six minutes intitulée Kel famil diffusée en 2008 sur la chaîne Mauritius Brodcasting Corporation (MBC TV), il n’y pas eu de véritable série locale (depuis 2012 la série Fami pa content, interprétée par la même troupe théâtrale Komiko que Kel famil a néanmoins du succès auprès des téléspectateurs mauriciens, NDLR). Donc je dirai que non, les chaînes TV ne favorisent pas la production locale.

Avec l’arrivée du câble et du satellite, observez-vous un changement de comportement de la part des téléspectateurs ?
Oui. La consommation est en hausse. Les gens – comme les femmes aux foyers, ou ceux qui ne sont pas devant leurs écrans durant les heures de grande écoute sur les chaînes gratuites – qui n’auraient jamais été exposés aux nouvelles séries qui cartonnent à l’étranger le sont aujourd’hui grâce au câble.

Qu’en est-il d’Internet ? Assistez-vous à l’émergence de séries TV diffusées sur YouTube ou d’autres plateformes vidéo ?
Pas spécifiquement sur YouTube, mais le streaming en ligne et le téléchargement via Torrent (protocole de transfert de données par Internet, NDLR) sont très populaires ici depuis l’avènement de l’internet à haut débit il y a une dizaine d’années. Surtout auprès des jeunes, qui préfèrent consommer les épisodes à leur propre rythme.

De votre point de vue, quels sont les ingrédients nécessaires pour qu’une série fonctionne à Maurice ?
Une intrigue pas forcement révolutionnaire, mais qui incorporede nouveaux éléments dans le genre. Des têtes d’affiches connues, du drame et du suspense à gogo.

Propos recueillis par Claire Diao

Pour aller plus loin, lire le mémoire de recherche de Marie Pascale Aurélie Ngtat Chung : Les séries télévisées mauriciennes : reflet sociétal ou vecteur d’idéologie ? Master 1 Médias Internationaux : enjeux et pratiques, Université Paris 8 Vincennes, Année 2012 -2013///Article N° : 12455

  •  
  •  
  •  
  •  
Les images de l'article
Prison Break © DR
24h Chrono © DR
Voisin Voisine © DR
Fami Pa Kontan © DR




Laisser un commentaire