Sikè

De Auguste Mbonde

Lire hors-ligne :

Déroutant tout d’abord, par ce dialogue abrupt entre un homme et sa toute petite fille, ce roman, qui est très exactement une autofiction – genre magnifiquement illustré par Serge Doubrovski – ce roman a vite fait de captiver l’attention du lecteur. – Par son sujet, certes, non encore traité dans le champ littéraire africain francophone. – Le regard de l’adulte sur la petite enfance, ne s’attarde guère ; alors que les enfants de dix-quinze ans envahissent peu à peu les récits qui évoquent les guerres et les misères de l’Afrique. Cependant lorsque l’auteur, après ce long premier chapitre, poursuit son dialogue en évoquant ses souvenirs, sa famille et ses propres expériences juvéniles, l’attention ne faiblit pas. Au contraire.

Dieu sait pourtant qu’on en a lues, des histoires d’ « enfants noirs » et des meilleures. Sans oublier Camara Laye, on se souvient d’Amkoulel, et surtout de Ake de Wole Soyinka. Mais aussi des ouvrages plus didactiques d’Olympe Bhely-Quénum, et de M. Magan Diabaté. Ce qui nous empoigne ici, plus que le sujet, c’est un style. Très écrit, très « littéraire », utilisant toutes les ressources d’une langue conquise et incorporée, au point d’être capable d’exprimer les émotions les plus fines et les plus fortes. Une écriture riche, souple, violente parfois, débordante comme un fleuve qui déborde de ses rives, inondant de sa verve ou de sa rage tout le reste d’un long paragraphe.
Un style intense et soutenu jusqu’à la fin du récit, un peu abrupte elle aussi, comme le début, et qui laisse supposer – ou augurer – d’une suite qui ne peut tarder à venir.

Je ne m’étendrai pas sur le contenu de ces pages, parfois délicieux, parfois poétique souvent ensuite pénible et consternant.
Ce qu’on retient, au-delà de la relation des faits, parfois fantasmés mais toujours d’une troublante sincérité, c’est le bonheur – rare – d’avoir rencontré, tout construit, tout armé dès son premier roman, un écrivain !

Professeur Université de Dakar
Sikè, de Auguste Mbonde, éd. Vents d’ailleurs, 2009///Article N° : 8483

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire