Souvenirs estivals

Print Friendly, PDF & Email

En attendant les éditions de l’été prochain, coup de projecteur sur trois festivals version 2005 : les Transes Atlantic au Maroc, le Paléo Festival en Suisse et le Métissons en France.

Les Transes Atlantic, une première
En 2005, le Maroc s’est doté d’une nouvelle plate-forme musicale : Les Transes Atlantic de la région Doukkala-Abda. L’événement a eu lieu du 13 au 17 juillet sur le littoral sud du pays, à Safi et à El Jadida. La première est connue surtout pour ses sardines et ses poteries colorées, la seconde pour sa cité portugaise aux remparts imposants, vieille de plus de cinq cents ans.
L’idée du festival, on la doit à Monsif, chanteur de reggae natif de Safi et résidant à Nancy et qui a su convaincre les élus locaux.. Pour eux, le festival constitue surtout un instrument de communication pour valoriser la région. Pour les artistes, c’est d’abord un lieu de rencontres, d’échange et de partage. Pour se faire, on a ratisse large – un peu trop large pour un coup d’essai…
Environ une demi-douzaine de résidences et plus de trente groupes ont ainsi été programmés entre Safi et El Jadida, des musiques ethniques au jazz en passant par le reggae, la fusion, le pop-rock, le digital, la world ou la funk. On y a entendu les chants et tambours de la confrérie Aissaoua, les flûtes de berger des H’Madcha ou les crotales et percussions de la confrérie des Gnaoua, et croisé Cheik Tidiane Seck, Richard Galliano ou Tyrone Downie. Le reggae de Monsif, très marqué par Alpha Blondy, a été ovationné par la jeunesse de Safi. Le festival a aussi permis de découvrir de nouveaux talents comme Surinam Control de France, Yuba de Mauritanie et la Confrérie H’Madcha de Safi.
La fête a drainé du monde, plus de 30 000 spectateurs certains soirs. L’organisation était cependant souvent défaillante, ayant vu trop grand pour une première expérience : dysfonctionnement des transports, dispersion des pôles de décision, déficit de communication, retards de démarrage… Et pourtant, l’initiative est belle. Rendez-vous l’été prochain !
Paléo Festival, une machine bien rôdée
Chez les Suisses, le Paléo Festival soufflait sa trentième bougie du 19 au 24 juillet 2005, avec plus de 120 concerts et spectacles sur six scènes. Des chanteurs, des danseurs, des conteurs, des amuseurs, des saltimbanques, des bonimenteurs, des forains, toute une foule hétéroclite de créateurs conviés à la messe annuelle de Nyon, devant un public estimé en centaines de milliers. Le coup d’envoi des festivités a été donné par le célébrissime Ravi Shankar. A 85 ans, la dextérité du maître incontesté du sitar est éblouissante.
La programmation a réservé la part du lion à l’Europe, représentée par 45 formations sur les 55 têtes d’affiche prévues. Cette année, l’étendard de l’Afrique était porté par Rachid Taha d’Algérie (rock) et Tiken Jah Fakoly de Côte-d’Ivoire (reggae).
Entre les plateaux réservés aux  » seigneurs  » de la musique et le gigantesque camping, un espace est aménagé pour accueillir des artistes en devenir. Ce premier passage sert de tremplin à plus d’un groupe suisse pour accéder à la cour des grands.
La machine du Paléo Festival est huilée comme on ne peut plus. Depuis 1976, la ville de Nyon a vu passer plus de 2500 artistes et près de 3 millions de visiteurs grâce à ce festival qui prend des allures de véritable industrie. Ce que déplorent certains aficionados de la première heure…
Métissons, ticket pour l’Espagne
Le Festival Métissons a été conçu dans des proportions conviviales. Depuis 1998, il explorer les musiques et les cultures des diasporas à Marseille. Après les Comores et l’Algérie, il s’est embarqué en 2005 pour l’Espagne avec, au menu, musique, littérature, débats et expositions.
Trois formations et pas des moindres ont animé la scène du Théâtre de la Sucrière. Le compositeur et interprète Pedro Aledo, l’une des figures emblématiques des musiques traditionnelles du bassin méditerranéen, a fait revisiter la passé andalou. Paco Ibanez, dont la voix profonde rime avec lutte et liberté, évoque l’Espagne combative et digne. Chanteur engagé contre la dictature franquiste, exilé pendant de longues années, il continue de clamer  » la suprématie de l’homme sur le pouvoir « .
Christina Rosmini, elle, danse avec énergie. Née à Marseille, elle porte l’héritage de sa mère andalouse et de son père italo-corse. Sa chaude voix porte les musiques sud-américaines, orientales et espagnoles.  » La Chica con los zapatos de fuego  » (la fille aux chaussures de feu), comme la nomment ses fans inconditionnels, ouvre largement les portes du flamenco.
Radio Tarifa est certainement le groupe musical qui illustre le mieux les solides liens qui unissent la péninsule ibérique et l’Afrique du Nord. Il s’instruit de l’expression médiévale, puise dans le flamenco et dans les traditions arabo-andalouses.
Avec ses débats sur l’état de l’Espagne d’aujourd’hui ou l’annulation de le dette du Tiers monde, le festival Métissons, empreint de militantisme, s’engage dans la réflexion et l’action, pour une dynamique des rencontres et des échanges qui ouvrent d’autres alternatives à visage humain.

///Article N° : 4330

  •  
  •  
  •  
  •  
Les images de l'article
Transes Atlantiques 2005 :Monsif © Thomas Dorn
Transes Atlantiques 2005 : Surinam © Thomas Dorn
Tiken Jah Fakoly au Paléo Festival 2005 © Lionel Flusin




Laisser un commentaire