S/T/R/A/T/E/S

Trente ans de Hip-Hop dans le corps

Reconnue comme l’une des pionnières du Hip-Hop (1985), Bintou adopte cette culture de la rue et de l’image qui façonne sa singularité. De la street à la scène, c’est en 1996 qu’elle devient professionnelle en travaillant au Théâtre Contemporain de la Danse de Paris (TCD). Co-fondatrice du groupe Ykanji et du groupe féminin Ladyside, on la retrouve aussi dans Mission Impossible (House Dance), Aktuel Force (Break-Dance), et la compagnie Käfig mais aussi danseuse pour MC Solaar. En 2002 dans une démarche d’auteur, elle crée la compagnie rualité qui aborde les thèmes de l’identité et du fait colonial dans les cinq pièces de son répertoire. Depuis une dizaine d’année, Bintou promeut la culture Hip-Hop en France et en Guyane en développant des projets de transmission ainsi que des évènements. Elle est également appelée en tant que jury dans des battles (compétitions), accompagne et forme des danseurs à la renommée l’internationale. En 2011, elle chorégraphie le clip « roméo kiffe Juliette » de Grand Corps Malade. Bintou vient d’intégrer le laboratoire SeFeA, afin de travailler sur la reconnaissance du Hip-Hop comme Art populaire et sa légitimée dans les espaces publics. Elle témoigne ici de son parcours et retrace ainsi une histoire de la danse Hip-Hop en France.

ON Y A CRU, TELLEMENT FORT que c’est arrivé. Un truc rien que pour nous, par nous et pour nous. Une issue dans cet enfermement, un espace, un mode d’expression qui animera nos sens, que l’on façonnera à notre image, notre couleur. C’est arriv&e...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Partager :

Laisser un commentaire