S/T/R/A/T/E/S de Bintou Dembele

L'énigmatique volupté

Avignon 2016

Une grande et longue standing ovation clôt la représentation. C’est ainsi tous les matins pour ce spectacle estampillé « danse » mais qui pourrait être également « poésie » au sens originel du terme. Entre improvisation et gimmick, un Quartet atypique circule à l’intérieur de toutes les danses urbaines et se produit au Théâtre Golovine, dans la programmation OFF du festival d’Avignon jusqu’au 26 juillet.

Bintou Dembélé présente à Avignon 16 une création qui a éclos en janvier 2016 mais qui est déjà mûre et savoureuse. Déjà riche d’une tournée internationale, elle nous arrive cristalline et d’une éblouissante pureté. Nous sommes littéralement happés par ce quatuor ou quartet qui nous fait consommer la danse pour ce qu’elle est : la recherche d’une inintelligible beauté. Avec ce S/T/R/A/T/E/S, titre qui ne fixe aucun contrat, c’est l’ouverture poétique par le mouvement.
Ce spectacle n’a pas peur de s’adresser à notre conscience affective par sa beauté radicale. Son seul aspect esthétique nous comble et apaise les inquiètes inquisitions du spectateur. N’y rien comprendre n’est plus une tare ici car la Cie Rualité nous invite à profiter du voyage, à traverser, l’âme en suspend, les nombreux paysages qui s’offrent à nous. La pièce ne rechigne pas au multiple par son écriture, une composition éclatée intégrant des expressions chorégraphiques métissées. On les découvre avec émerveillement un peu comme différentes notes d’une fragrance dans cette création calibrée pour un plaisir brut.

Les styles s’égrainent au fur et à mesure que le spectacle se déroule et l’on voit que la sphère d’influence de Bintou Dembélé dépasse de loin les étiquettes dans lesquelles on peut enfermer un artiste. Elle n’est pas Hip-hop, pas plus qu’elle n’est modern jazz ou quelque autre dénomination. Il s’agit d’un gigantesque faisceau d’influence et d’un parcours que Bintou Dembélé étale. Éducatrice depuis plusieurs années, la chorégraphe mène des réflexions sur divers sujets de société : les questionnements postcoloniaux, la transmission des mémoires, même les plus douloureuses ou encore le féminisme. Ainsi tente-t-elle toujours de les réinvestir dans son geste créateur.
Tout ce magma éclate et dynamise ce plateau circulaire. Les deux danseuses effectuent des rondes à l’extérieur du cercle et n’y entrent que pour se livrer au public : dans des solos, des duos et parfois des duels. Ce code que l’on retrouve au hip-hop est aussi celui de la spontanéité d’une bagarre des rues, des réunions spontanées des foules, des procédés chamaniques de guérison etc., autant de strates percevables.

La musique et le chant, les deux autres composantes du quartet, accompagnent en situation cette exposition des passions, dans tous les sens du terme. Le guitariste vogue du blues au jazz pendant que la voix « sincère et chaude comme dans un gospel » (Mc Solaar) de la chanteuse traverse hardiment tout un monde d’expériences vocales.
Tout s’équilibre, tout est grâce, tout fusionne. Le mouvement extrêmement énergique de Nash, la Krump attitude anguleuse et sèche cogne et s’amortie dans la tendre grâce et la rondeur du style de Bintou. Dans les duos face à face, ces deux formes se percutent. De l’impact une rafraîchissante onde de choc se propage et nous fascine davantage. S’il faut commencer tôt ces journées d’Avignon, c’est pour ce type de spectacle ou tout est vrai : la douleur et les larmes, les joies et la résistance.

S/T/R/A/T/E/S – Quartet – 8 au 26 juillet (jours pairs) – 10h45 – Théâtre Golovine, Avignon.<small »>Cet article a été publié également dans le journal I/O, la Gazette des festivals///Article N° : 13697

Partager :

Laisser un commentaire