Tomahawk

De Da Wick

Le disque du mois
Print Friendly, PDF & Email

Le collectif Da Wick regroupe 18 groupes antillais vivant et travaillant aux Antilles. Tomahawk est un échantillon révélateur de la maturité du mouvement dans les îles et particulièrement en Martinique. Révélateur, car les textes en Kreyol, souvent au vitriol, dévoilent l’état d’esprit d’une génération qui s’interroge, se révolte contre la fatalité historique et sociale qui réduit la jeunesse de ces endroits à l’inactivité : le chômage. Révélateur aussi de l’impact du concept littéraire de créolité, soutenu par l’ensemble des écrivains et intellectuels caribéens. Certains de ces groupes existent depuis 1989, et comme « Cénoumen » ou « Neg Lyrical », ils ont déjà produit (Hibiscus ou ex-Déclic, Globe Music). D’autres profitent de cette initiative pour faire leur entrée sur la scène du rap.
Comparé à ce qui se fait en France, le rap ici prend tout son sens. Les ambitions commerciales sont certaines. Mais l’isolement et la difficulté à produire, donne à ces groupes une certaine authenticité de ton et de fond. Les rappeurs de Da-wick, ne déversent pas leur flow pour devenir des stars mais par conviction, le couteau entre les dents. Même si les samples sont parfois répétitifs et sans grande originalité – ce que l’on peut attribuer au manque de moyens techniques – le flow des différents groupes, souvent sur une base hard-cord mais parfois R n B et ragga, fait preuve de beaucoup de la fantaisie que l’on retrouve chez les premières années de la génération Public Ennemy aux Etats-Unis.

Tomahawk, de Da Wick (Lusafrica)///Article N° : 888

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire