« Tout être est exilé à quelque chose »

Entretien de Boniface Mongo-Mboussa avec Anne Tiddis

Lire hors-ligne :

Anne Tidis est de deux pays, de deux territoires :  » l’exil m’habite mais je ne me sens pas exilée « . Genèse d’une œuvre.

En vous lisant, on est frappé par l’omniprésence de l’Algérie. Je sais que vous êtes née à Constantine, mais cela ne justifie pas forcément le grand intérêt que vous portez à l’Algérie. Des écrivains français nés en Algérie ne font pas toujours de ce pays la matière première de leurs textes… Chez vous, on a l’impression que l’Algérie constitue l’humus de votre oeuvre. Pourquoi un tel attachement ? L’humus est un terme exact. Tout d’abord, je...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore (ou plus) abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.

Laisser un commentaire