Trois questions aux Classiques Africains

Print Friendly, PDF & Email

comment fonctionne le partenariat de diffusion ?
Nous travaillons avec sept éditeurs (NEAS, Le Figuier, Haho, Edilis, Akoma Mba, Centre culturel franco-nigérien, Ruisseaux d’Afrique). La sélection est faite sur les ouvrages envoyés par les éditeurs. Les quantités commandées sont variables ; il s’agit d’abord d’un dépôt-vente. Nous informons régulièrement nos éditeurs des ventes. Le contrat établi pour un an est automatiquement reconductible sauf demande de suspension.
Comment choisissez-vous les ouvrages ?
Ils doivent répondre à certains critères : être destinés aux enfants de moins de douze ans, être complémentaires aux nôtres pour éviter toute concurrence, revêtir un caractère panafricain, afficher un prix abordable.
Quels résultats obtenez-vous et quels problèmes avez-vous rencontrés ?
Le résultat est satisfaisant, mais la plupart des éditeurs diffusés espèrent obtenir d’abord et tout de suite une situation commerciale confortable, ce qui vient à long terme. Le but premier est de promouvoir et de faire connaître l’éditeur. Nous avons des commandes de centres culturels, de centres de lecture publique et de quelques grandes librairies en Afrique, ainsi que d’associations et de salons du livre en France. Cependant, les livres demandés ne sont pas toujours livrés en temps et en heure au lieu défini dans le contrat. Quelquefois le livre choisi est épuisé et il faut attendre une réimpression. Il nous arrive aussi de recevoir des livres en très mauvais état, donc invendables.
En 2000, nous espérons intégrer de nouveaux éditeurs et d’autres ouvrages.

///Article N° : 1051

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire