Trop de soleil tue l’amour

De Mongo Beti

Print Friendly, PDF & Email

Après avoir publié (chez le même éditeur) en 1994 L’Histoire du fou où il montre que ce qu’on a appelé un peu vite l’ère des démocratisations en Afrique est une farce permettant aux dictateurs d’organiser des simulacres d’élections pour se maintenir au pouvoir, Mongo Beti revient avec un roman décrivant un continent à la dérive.
L’action du livre se déroule quelque part dans un pays africain , qui pourrait être le Cameroun. Son intrigue est simple. Zamakwe, un journaliste politique engagé se retrouve un jour avec un cadavre dans son placard. Ses C.D. qui sont ses plus belles richesses sont par la même occasion dilapidés. Au fil du récit, sa maîtresse, la belle Élisabeth, est enlevée par des « Escadrons de la mort ». Zamakwe, narrateur et protagoniste du roman, accompagné de son ami Eddie, décide de mener une enquête qui débouche sur un cauchemar. Car à la fin, il est à son tour enlevé par un chef de bande armée qui prétend être son fils…
Ce roman au ton juste et d’une lecture aisée est à la fois un livre de continuité et de rupture au regard de l’oeuvre de Mongo Beti. Continuité parce qu’il évoque les thèmes chers à l’auteur : l’importance de la question politique, la remise en question des rôles que la société impose aux individus, la problématique de la parenté et du remords présente dans Perpétue ou l’habitude du malheur (1974). Rupture parce qu’il est avant tout un livre d’amour écrit dans une langue essentiellement populaire.

Trop de soleil tue l’amour, de Mongo Beti, Julliard 1999, 119 FF.///Article N° : 753

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire