Editorial

La leçon cubaine

« Puisque tu es le plus petit de mes enfants, tu seras le plus grand sur la terre comme au ciel. Rien n’arrivera jusqu’à moi si ce n’est à travers toi. Tu seras donc toujours le premier servi » Le dieu suprême Olofi au dieu-enfant Eleggua, selon la tradition orale de la santería.

Le touriste remarquera-t-il les bracelets et colliers multicolores que portent de nombreux hommes et femmes de La Havane ? Simple parure ? Ces bijoux représentent en réalité le degré d’initiation de leur propriétaire au culte de la santería (ou Regla de Ocha), religion héritée de l’animisme africain et pratiquée aujourd’hui par une grande partie de la population cubaine. La lente initiation à la santería est un profond travail sur soi-même basé sur les récits allégoriques de la vie des divinités orichas retransmis oralement au cours des siècles. Ils débouchent sur un enseignement plaçant l’amour et le respect de la famille et d’autrui au centre du code de conduite de l’initié. Ces pratiques incantatoires véhiculent les rythmes, danses et chants des esclaves noirs et ont fusionné les éléments culturels espagnols et africains, ce qui explique le sentiment d’identification et d’appartenance à la santería de nombreux Cubains. Savoir d’où on vient aide à savoir où l’on va. Syncrétisme, religion, philosophie ou art de vivre, la santería contribue à la cohésion d’une société en pleine mutation. Elle la remet aussi en cause, elle et les autres pratiques cultuelles ou culturelles, comme l...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Partager :

Laisser un commentaire