Un été à Belleville : Belleville, Saturday night fever

Installée dans le quartier de Belleville à Paris, la rédaction d’Afriscope (le magazine d’Africultures) a choisi de vous faire découvrir dans sa nouvelle série estivale, cet espace multiculturel. Chaque semaine, aux côtés des habitants, découvrez ce quartier au quotidien bouillonnant.

Boire une bière Aux Folie’s avec les bobos La légende veut qu’Édith Piaf soit née sous un lampadaire, rue de Belleville. Et son esprit hante encore un peu les lieux. Au numéro 8, le bar des Folie’s perpétue la mémoire du fameux cabaret éponyme qui, dans l’entre-deux-guerres, a résonné au son du Ménilmontant de Maurice Chevalier. Il est 19 heures, mais le soleil du mois d’août caresse encore la peau des nombreux buveurs de bière peuplant la terrasse. “Ici, on n’encaisse pas tout de suite, on fait confiance au client”, lance Ramdane, serveur depuis 4 ans. 4 euros la pinte, quasi imbattable à Paris. Le client type ? Trentenaire résolument bobo, barbe de trois jours ou fleur dans les cheveux. Pas toujours du quartier : on vient de loin pour l’ambiance atypique des Folie’s, ce bar entouré de commerces chinois. Dans la rue Dénoyez, qui fait l’angle, les grapheurs bombent en pleine journée sous les appareils photo des touristes. Axel et Louis, 5 et 10 ans, sont initiés par leur “gros vieux papa” : “Le mur n’appartient à personne. C’est un ancien hôtel, qui a fermé. Et puis c’est une rue de galeries d’art, alors il y a une tolérance”. Les artistes s&#...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Les images de l'article
© Noémie Coppin
La carte du jour : Belleville by night
© Noémie Coppin
Partager :

Laisser un commentaire