Walyabhe Fouta

De Binta Laly Sow

Print Friendly, PDF & Email

Considéré depuis des temps immémoriaux comme le château d’eau de l’Afrique de l’Ouest, le Fouta Djalon est à l’heure actuelle le creuset de la nouvelle musique en Guinée. Suite à l’essoufflement du genre mandingue devenu, pour cause d’hyper-production, marchandise de super-marché, des producteurs sans scrupules avaient essayé la relance sur les ailes – au début rentables d’un point de vue commercial – d’un style hybride mélangeant voix à la couleur locale et arrangements instrumentaux à la congolaise. Résultat : la fierté nationale en souffrait tout comme la réputation musicale d’un pays que ses célèbres Ballets avaient propulsé sur la scène mondiale. Puis, des contreforts montagneux du Fouta, les Peul vinrent à la rescousse avec un style enraciné dans la tradition des Nyamakala et à peine urbanisé au niveau de l’instrumentation. Premier exemple d’une tendance qui fera raz-de-marée (le leader masculin du mouvement est Petit Yero Bantinghel), Binta Laly imposa son chant profond et irrigué de nostalgie dans toute la Guinée, avant de devenir vedette aux Etats-Unis, suite à une tournée récente et au succès imprévisible. Voix tonique, aux aigus saisissants, celle de Binta Laly Sow est un nouvel atout pour la poulaaku autant que pour la musique guinéenne !

Walyabhe Fouta, de Binta Laly Sow (Super Sélection – Conakry)///Article N° : 543

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire