Aux Sources du compa haïtien.

Entretien de Luigi Elongui avec Ralph Boncy

La musique de l’ancienne Hispaniola, et notamment le compa, genre urbain par excellence, sont en bonne santé. Ralph Boncy, opérateur culturel et musicologue haïtien vivant au Canada, dévoile les sources d’un style qui depuis une quarantaine d’années fait fureur dans tout le Sixième Continent.

Vous avez récemment écrit que la naissance du compa à Haïti se situe dans les années 50. On pourrait probablement commencer par là… A cette époque, la danse nationale en Haïti était la Meringue, à ne pas confondre avec le Merengue dominicain… Que sait-on des origines de la meringue ? Il y a diverses hypothèses, mais Jean Fouchard, qui est le seul à avoir écrit sur ce sujet, affirme que des rythmes mozambicains sont à la base de la meringue. Ces rythmes, dansés par les esclaves africains, se sont par la suite brassés avec des genres européens, donnant des formes comme le karabinier ou la kalinda (dite aussi kalenda, n.d.r.), d’où est issue la meringue. Avec quels instruments jouait-on la meringue ? Il y avait plusieurs types d’orchestration, mais l’instrument le plus important était le piano. De toute manière, il y a toujours eu une influence réciproque entre Haïti et Saint-Domingue qui partagent le même espace insulaire et, à mon avis, le merengue dominicain vient également de chez nous. Pendant les années 50, cette musique a déferlé sur Haïti, où elle est devenue très populaire. A cette époque, un chef d’orchestre plutôt cél&...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Partager :

Laisser un commentaire