Baco

Parti de Mayotte pour conquérir le monde. Son dernier album ? Hiriz / Questions. Guitare et gabusi (instrument à cordes afro-oriental), reggae et shigoma (genre musical), répertoire trans-acoustique et ronde mélodique sous la pleine lune. Architectures sonores éclatées, glissements volontairement ternaires sur le plan rythmique, voix passe muraille… La musique de Baco marche d’un pas léger vers un monde peu angoissé par les rapports marchands. Ballades généreuses et sensibilité de rebelle. On s’y laisse prendre sans aucun regret. Ses influences, multiples par ailleurs, invitent le mélomane à se laisser bercer par le cri inspiré d’un archipel complètement possédé par les génies de l’océan Indien. Musique mosaïque, également traversée en long et en large par la passion d’une Afrique ancestrale à moitié perdue à travers les âges, la musique de Baco, enfant de Mayotte déclaré, ambitionne en toute modestie de panser ces blessures-là. D’où cette nostalgie subtile qui plane sur les textes et qui rappelle une époque où les hommes prenaient le temps de vivre dans le respect de l’autre sur l’ensemble de ces terres insulaires. S.E.

///Article N° : 2530 ...
Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Partager :

Laisser un commentaire