Black

De Pierre Maraval

Print Friendly, PDF & Email

Le problème de « Black » est vieux comme le monde : à force de vouloir montrer la violence d’une réalité, on est pris au piège du voyeurisme. Délibérément filmé en caméra numérique comme une série B américaine orchestrant l’enquête et la vengeance d’une femme dont un truand a tué le frère, « Black » cherche une image efficace rythmée aux sons de la salsa et du rap. Si le film n’arrive pas à convaincre, c’est qu’il est victime de son traitement, faisant fi de tout ce qui aurait donné du poids à ses personnages, lesquels sont dès lors desservis par leur inexpérience d’acteurs : une fiction par trop sommaire prend le dessus sur la description sociale et gomme ce qui aurait pu passionner, la vision d’un autre Cuba que celui des clichés touristiques, vieilles voitures et cigares, celui de la frange sombre de la société.
Affichant à largeur d’écran son intention de dénoncer le machisme bestial, il le donne à voir et à entendre sous toutes les coutures. Les gangsters roulent des mécaniques et les putes en rajoutent en courbures aguichantes : on cherche désespérément la finesse qui permettrait de fouiller un peu le sujet. Maraval suit ainsi dans ce premier long métrage le programme développé dans ses séries photographiques, où il prend à grands frais mille photos de gens partageant un même devenir, comme les pionniers de l’internet ou les supporters de foot : ces galeries de clichés alignés ne révèlent que ce que cache leurs visages, c’est-à-dire pas grand chose.
Il se complaît volontiers à caresser les formes de sa belle actrice principale, images que reprennent bien sûr l’affiche et la bande annonce pour racoler le public, et construit son film comme « La Squale » de Fabrice Génestal : un western urbain où la femme utilisera la puissance de son charme pour se venger des hommes. Est-ce donc cela l’arme fatale dont doit user le « sexe faible » pour triompher du machisme ? Piètre programme pour la résistance féminine…

///Article N° : 2822

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire