Cas exemplaire de la fabrication de tube d’été…

Nous sommes en 1996. TF1 décide, après casting, que la burundaise Khadja Nin sera l’attraction de l’été. La chaîne française passe un accord avec la maison de disque et fait remettre un vieux titre de la chanteuse au goût du jour. Il s’agit de « Sambolera », chanson passée inaperçue lors de sa sortie quelques années plutôt. On la programme matin et soir sur le petit écran, matraquant le téléspectateur (consommateur potentiel de musique exotique) printemps comme été, avec pour conséquence une explosion des ventes phénoménale pour le disque qui accompagne la campagne (200 000 exemplaires vendus, un double disque d’or). Khadja Nin avoue : « Je ne vois comment j’aurais pu refuser une occasion comme celle-là. Pour l’artiste africain que je suis, ce ne pouvait être qu’une bonne chose ». Même s’il lui faut en échange s’afficher avec le logo d’une marque de café à chacune de ses apparitions en image. L’enjeu en vaut la peine : « cela aurait pu être pire », concèdera-t-elle longtemps après. A vrai dire, le deal est plus complexe. TF1, en contrepartie de sa passion africaine du moment, ramasse l’argent de la pub café Malongo et négocie un pourcentage non négligeable sur les droits d’édition de l’œuvre plébiscitée : une affaire qui roule… Mais qui prouve à ceux qui en doutent qu’il suffit parfois de mettre les moyens à disposition pour imposer un artiste, même quand personne ne le connaît. Ces moyens, l’Afrique ne les a pas. Il faut donc attendre que les structures du show-biz occidental daignent s’intéresser au...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Partager :

Laisser un commentaire