Cinéma : évanescente diaspora

Print Friendly, PDF & Email

« (…) il est grande barbarie à exiger d’une communauté d’immigrés qu’elle « s’intègre » à la communauté qui la reçoit. La créolisation n’est pas une fusion, elle requiert que chaque composante persiste, même alors qu’elle change déjà. L’intégration est un rêve centraliste et autocratique. (…) un pays qui se créolise n’est pas un pays qui s’uniformise. (…) La beauté d’un pays grandit de sa multiplicité. » Edouard Glissant1 « À vouloir blanchir la tête d‘un nègre, on perd sa lessive. » Proverbe malien

DE QUELLE DIASPORA PARLE-T-ON ? Dans le cinéma comme ailleurs, les procès en identité et en authenticité sont légion. Mais un cinéma sur l’expérience de l’ascendance africaine en France existe, depuis longtemps, en constante évolution.

Février 2015 : le Fespaco annule la section spéciale diaspora, permettant à ces films de concourir en compétition pour l’Étalon de Yennenga. Théoriquement, function verif_etape(){ if( document.log_review.afc_login.value == "" ){ alert('Vous devez saisir votre identifiant !'); document.log_review.afc_login.focus(); return false; } else if( document.log_review.afc_mdp.value == "" ){ alert('Vous devez entrer votre mot de passe !'); document.log_review.afc_mdp.focus(); return false; } }

Laisser un commentaire