Clubs de jazz en survie ?

Print Friendly, PDF & Email

« Central Park West » (Coltrane), « Take the ‘A’train » (Ellington) (1), « Nostalgia in Times Square » (Mingus), « Scrapple from the Apple » (Parker), « East Broadway Run Down » (Rollins) … Le jazz a célébré New York, ses avenues, ses ponts, ses places, ses lignes de métro. Blue Note, Cotton Club, Birdland, Village Vanguard : les noms des clubs ont fait le tour de la planète. Le tour du mythe. Comme les visages de ces poètes de la nuit, qui ont nourri l’histoire du jazz. Tous ont vécu, un temps au moins, à New York. Beaucoup à Harlem. En ce début de XXIème siècle, alors que les visages mythiques se sont presque tous éclipsés, que le hip-hop s’est mu au devant de la scène musicale noire, que reste-t-il du « temple du jazz » ? Que reste-t-il de cette formidable épopée ?

Si le monde du jazz new-yorkais a connu un sursaut vers le milieu des années 90, marqué par l’éclosion de nouveaux clubs, aujourd’hui le bilan n’est pas des plus optimistes. L’audience générale de la scène jazz a chuté et les clubs peinent à assurer leur rentabilité. Les attentats du 11 septembre n’ont fait qu’aggraver la situation, réduisant de façon notoire les flux touristiques, qui nourrissent l’auditoire de nombreux clubs. Signe des temps, le Sweet Basil, un club au-devant de la scène jazz ces vingt dernières années, a dû fermer ses portes cette année. Pour faire face à la baisse de fréquentation générale des lieux du jazz, certains clubs new-yorkais, comme le Jazz Gallery, ont choisi de s’ouvrir à la world. A sa fermeture, le Sweet Basil a annoncé quant à lui sa réouverture pour juillet 2001 – que l’on attend toujours – sous la forme d’un nouveau club proposant un panaché de jazz et de world.
D’autres clubs jouent la carte du tourisme. C’est le cas du Blue Note, situé dans le Greenwich Village, qui a choisi d' »astiquer » ses murs et, au passage, ses prix, et propose à la vente T-shirts, tasses et cendriers à son effigie. Beaucoup d’amoureux du jazz disent qu’en jouant la carte du tout-business, ce club a perdu un peu de son âme et de son atmosphère. Le prix moyen de l’entrée ($40), ainsi que celui des consommations, dissuade plus d’un client potentiel. Quant à la musique, elle est désormais comptée. Les deux sets durent 80 minutes chacun. Rarement plus. Et, comme dans la plupart des clubs de New York, ils sont tous deux payants et se consomment désormais séparément. Finies les nuits fiévreuses interminables, où l’on oubliait le temps et le monde. Le public du Blue Note ? Il a suivi l’embourgeoisement du lieu. Les aficionados du jazz sont devenus plus rares. Remplacés par les touristes, qui constituent 60% de l’audience. A l’approche des concerts, il n’est pas rare d’apercevoir, devant l’entrée de ce club, une file de Japonais, curieux de voir le lieu mythique.
La situation du Lenox Lounge, club légendaire à la décoration Art Déco, montre combien le jazz s’est déconnecté de son audience noire, plus enclin aujourd’hui à écouter du hip-hop. Si tout semble bien marcher pour le Lenox Lounge, qui a renoué avec le jazz voilà cinq ans après une phase disco, le public noir s’y fait rare, malgré sa situation en plein cœur de Harlem. Africain-américain, le patron du lieu déplore le manque d’intérêt de sa communauté pour le jazz et s’attriste de constater que, certains soirs, l’audience est à 100% blanche. Surprise et déception pour les touristes aussi, dont le Lenox Lounge fait partie des escales prévues par les tour operators. Ils attendaient d’y vivre l’expérience d’une immersion complète dans le monde noir…

1. Ligne de métro qui relie notamment le sud de Manhattan à Harlem.///Article N° : 101

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire