Conversation d’archive

Lire hors-ligne :
En même temps qu’ils créent leur collectif en février 2012, les membres fondateurs de Djando la Wandzishi diffusent cet échange sur le site d’Africultures, en attendant d’élaborer leur manifeste. Après quatre jours d’intenses débats au Muzdalifa, ils esquissent cette perspective, en espérant être rejoints par d’autres acteurs de cette scène littéraire. Les professions de foi de l’époque n’ont pas encore atteint leurs dates de péremption, à ce jour. Anssoufouddine Mohamed. « Trente ans après sa naissance, la littérature comorienne d’expression française ne repose sur aucun socle véritable. Sa caractérisation relève du domaine de l’indéfini. L’environnement culturel du pays est défavorable à la viabilité d’une littérature. Les livres ne sont pas lus. Les programmes scolaire...
Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.

Laisser un commentaire