Dawi

De Karim Ziad

Coup de foudre
Print Friendly, PDF & Email

Sensationnel de la première à la dernière note : cet album foisonnant d’émotions, d’idées et de joie de vivre confirme d’abord que le Franco-Algérien Karim Ziad est l’un des meilleurs batteurs de sa génération.
« Batteur » ? je n’ai jamais aimé ce mot, l’un des plus stupide et vulgaire de la langue française. Pour une fois, l’anglais est meilleur.
Karim Ziad est d’abord un drummer extraordinaire, « tambourinaire » comme traduisent les musicologues. On peut facilement le comparer à l’ivoirien Paco Séry, et il n’est pas surprenant qu’il ait été l’heureux successeur de ce dernier dans le groupe du génialissime pianiste autrichien Joseph Zawinul, co-fondateur du groupe Weather Report.
L’influence de ce groupe est d’ailleurs assez constante dans la musique de Karim Ziad. On l’entendait déjà nettement dans l’Orchestre National de Barbès. Ici on la retrouve surtout à travers les interventions de quelques virtuoses du « jazz-fusion » français, anciens membres (ainsi que Paco Séry) de Sixun, comme le bassiste Michel Alibo ou le saxophoniste Alain Debiossat.
Bref, qui se ressemble s’assemble, et ce cd est un ramassis de talents.
Heureusement, c’est bien plus que cela. Car c’est aussi le meilleur disque récent de musique « nord-africaine ».
Des dizaines de disques ont déjà été enregistrés, presque tous en vain, pour « moderniser » la musique des Gnawa. Ici elle est omniprésente, et s’intègre parfaitement à un discours musical personnel qui n’a pas besoin de se faire violence. Pour Karim Ziad, la musique des Gnawa, c’est évidemment une seconde nature. On sait d’ailleurs qu’il est l’un des trois directeurs artistiques du fameux festival d’Essaouira.
Le frénétique « Lala Aicha » n’existerait pas sans cette expérience.
Le chant arabe et berbère traditionnel, le funk, le jazz, le rap font ici si bon ménage qu’on se demande vraiment pourquoi il aura fallu attendre 2007 pour que sorte un tel disque.
« Had Zmen », « Houaria » et « Mektoub » nous rappellent que Ziad est aussi un excellent chanteur, sans prétention mais très efficace.
Cependant ce disque s’adresse avant tout aux amoureux de la percussion et du rythme.
Même s’il n’en fait pas une affaire, Karim Ziad est un des meilleurs percussionnistes de sa génération S’il est encore parfois un peu trop imprécis, il ne faut plus hésiter à le comparer à des monstres historiques comme Art Blakey, Max Roach ou Dannie Richmond.

Dawi, de Karim Ziad (Intuition / Birdjam / Sphinx)///Article N° : 5926

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire