« Dieu seul nous fait flipper ! »

Entretien d'Olivier Barlet avec Siya Po'ossi X (Gabon)

Libreville, Gabon, décembre 1998

Les Gabonais de Siya Po’ossi X (en fang :  » la terre à abattre « ) égrainent dans leur dernier CD un rap assuré et fluide avec des textes à faire grincer les dents :  » Mes rimes sont aussi des armes pour combattre ceux qui veulent nous abattre !  » Ils dénoncent les conditions de vie des jeunes et ceux qui détiennent le pouvoir :  » Vous avez pourri notre époque !  » et en appellent à une réaction africaine :  » L’Afrique, l’Afrique, c’est toi, c’est moi ! « . Leur volonté de ne pas jouer la copie des groupes occidentaux commence par l’utilisation des langues locales dans leurs textes.

Voulez-vous vous présenter ? Djassi – Moi c’est Ndjassi Ndjass Ngô Tek Ngulu Tchwè Kani Kangungu A Souaga. On a commencé à écouter du rap en 1985 et à en faire en 89. A l’époque, des amis nous avaient ramenés des cassettes de Radio Nova. On a d’abord commencé par reprendre ces textes mais, très vite, on a préféré parler de ce qui se passe chez nous. J’étais dans le groupe New Rappers alors que les autres étaient dans IZB mais, étant de la même zone, Owendo, on se côtoyait et on a commencé à travailler ensemble. One – Bon, moi c’est Dr Medang One-La Wana. J’ai commencé à faire du rap avec Y.Gee : on était dans le même collège. C’était en 1988. On avait déjà baigné dans le hip-hop en faisant de la break dance. Le rap en est le prolongement logique : il nous ...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Les images de l'article
Siya Po'ossi X
© DR
CD : Mapane Groove - Act 2 (Distribution MSI, 05 53 20 37 32). Lire dans Africultures n°14 (dossier Produire en Afrique) un entretien avec leur manager, Stowell Dipakwet.
Partager :

Laisser un commentaire