Douala en habit de festival

Lire hors-ligne :

Les festivals ont incontestablement un impact sur le tissu urbain des villes qui les accueillent. Le plus visible est l’architecture au sens le plus courant du terme, avec la construction d’édifices créés spécialement pour l’événement (le Musée Dynamique érigé pour le Festival des arts nègres en est l’un des exemples les plus frappants). Sur un mode plus discret et diffus, les Scénographies Urbaines organisées à Douala en 2002-03 ont su créer un espace alternatif dans la ville, offrant un lieu de contestation des visions officielles de l’espace urbain. Outre le compte rendu de cette expérience, le récit de Dominique Malaquais décrit aussi un mode de travail dans la proximité et la négociation qui affecte et imprègne l’espace urbain par la rumeur e...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore (ou plus) abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.

Laisser un commentaire