Événements

FIFF – Festival International du film francophone de Namur 2008
23ème édition

Français

Festival entre action et projection
Dans quelques semaines, nous fêterons le 60ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. C’est en effet le 10 décembre 1948, au lendemain d’un conflit qui laissait le monde entier traumatisé, que l’Assemblée générale des Nations Unies adoptait à Paris ce texte porteur d’espoirs. Sans réelle portée juridique, ce texte fondateur pourrait n’être que voeux pieux si au quotidien, de nombreux acteurs – associations, militants, simples citoyens – ne se battaient pour appliquer et faire respecter les 30 articles qui le composent. Le Festival de Namur fait partie depuis de nombreuses années de ces acteurs, au travers notamment des séances pédagogiques. Cet anniversaire sera tout naturellement au centre des réflexions et actions que 7000 jeunes mèneront pendant la semaine.
Ce 23ème Festival sera également le premier : premier festival sans Henry Ingberg, un des plus ardents défenseurs du cinéma belge, fidèle soutien du Festival de Namur. Son départ en octobre dernier laisse un grand vide et si son sens critique fait aujourd’hui défaut, son amitié nous manque plus encore. Il laisse un bel héritage à la famille du cinéma belge : nous ferons, avec son successeur, ce qui s’indique pour ne pas le décevoir.
S’ouvrir par exemple cette année à la Palestine avec l’opération Masarat, initiée par le CGRI.
Poursuivre le combat surtout pour que les réformes institutionnelles n’oublient pas que la culture et singulièrement le cinéma ne sont pas uniquement question d’argent mais avant tout de talent, de création.
Après avoir oeuvré en 2005 pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles à la veille de la 33ème Conférence Générale de l’UNESCO, c’est aujourd’hui sur le terrain « belgo-belge » que le Festival de Namur compte bien peser de tout son poids pour défendre, alors que certains réfléchissent à l’avenir des Régions – wallonne et bruxelloise – et de la Communauté française, l’approche culturelle qui est celle de la Communauté française. Si l’industrie du cinéma peut, doit se développer dans notre région, cela ne peut se faire au détriment de la créativité de nos auteurs. André Malraux disait certes que le cinéma est à la fois art et industrie mais la seule logique économique ne sera jamais au bénéfice de la variété et de la richesse de notre cinématographie saluée aux quatre coins de la planète.
Vous l’avez compris, le Festival assume pleinement son rôle de défenseur de la diversité culturelle francophone. Avec les jeunes issus de toute la Communauté française, avec les professionnels venus des 68 territoires de la Francophonie.
Mais grâce à cette vigilance, le Festival est surtout une fête dans la ville, avec quatre lieux de projection, près de 100 films, documentaires, courts et longs métrages sélectionnés et des animations, concerts, expositions dans le chapiteau installé place d’Armes. Cette fête est la vôtre, les festivaliers, que vous soyez professionnels du cinéma ou simplement avide de découvrir en primeur, 8 jours durant, un assortiment de choix de la cinématographie francophone. Pour cela, une seule qualité est nécessaire : la curiosité. Alors soyez curieux et vous passerez un très bon Festival. C’est tout le bien que je vous souhaite !
Je terminerai en remerciant chaleureusement tous ceux qui rendent possible cette fête de la francophonie: l’équipe permanente et les nombreux bénévoles ainsi que les partenaires publics et privés.
Jean-Louis Close
Président du Festival



EDITORIAL DE MME DOMINIQUE JAMAR
50 millions de spectateurs de films francophones dans le monde ! Preuve de l’existence d’un « Cinéma francophone ». Le FIFF est le plus ancien festival international du film francophone. Cette dimension, nous l’avons enrichie d’année en année et sans confinement aux frontières géographiques, oeuvrant dès lors pour une approche artistique et culturelle du cinéma francophone. Pour peu que les films aient les moyens de circuler, ce cinéma a le pouvoir de rassembler les spectateurs et les professionnels. L’existence du FIFF et les moyens que nous lui avons donnés peuvent aider des oeuvres fragiles pour une carrière internationale et nous sommes fiers d’en avoir fait la preuve.
C’est pourquoi, cette année encore, nous présenterons au public près de 150 films francophones, magnifiques, issus d’une sélection rigoureuse. C’est pourquoi, plus que jamais, nous organiserons des rencontres de travail entre les professionnels pour que ce cinéma existe, circule, se développe et nous ravisse pour bon nombre de futures éditions.
Un Festival existe aussi pour poser les questions, bousculer les idées reçues, tout comme nos cinéastes peuvent si bien le faire à l’écran. Le FIFF débute une réflexion sur la diffusion du cinéma belge francophone dans un contexte notamment européen. Car force est de constater que malgré les nombreux et fructueux mécanismes d’aide, malgré le succès de nos films à l’étranger, le spectateur aime découvrir nos oeuvres dans le contexte d’un festival comme le FIFF mais boude ces mêmes films lors de leur sortie en salles. Il est temps d’agir et rendez-vous est pris pendant le FIFF.
Films en avant-première, films découvertes, compétitions dignes de ce nom, rencontres avec les artistes, leçons de cinéma, animations, expositions, …une grande fête du cinéma international francophone concentrée sur une semaine. Rencontrez-vous, allez à la rencontre du Cinéma : émotions en tous genres garanties ! Un menu très dense que vous découvrirez à la lecture de ce dossier et lors de votre passage à Namur.
Merci à l’ensemble des membres de l’équipe et à vous tous qui permettez à ce festival d’exister. Bon FIFF à vous.
Dominique Jamar
Directrice du Festival


INTRODUCTION
Depuis sa création, le Festival International du Film Francophone s’attache à promouvoir et défendre le cinéma de l’espace francophone réunissant une soixantaine de territoires, de la France au Québec, en passant par l’Afrique, Haïti, la Roumanie, la Suisse, le Vietnam ou la Belgique.
Véritable vitrine du 7ème art francophone, le Festival est devenu, au fil des ans, le rendez-vous incontournable des professionnels impliqués dans la création cinématographique. Si la ville de Namur est devenue, le temps d’une semaine, un lieu de réflexion et de découvertes, sa réputation de convivialité a largement dépassé nos frontières. Chaque année, ce sont ainsi des centaines de professionnels -producteurs, réalisateurs, distributeurs, acteurs, scénaristes, techniciens,… -qui se retrouvent à Namur afin de présenter ou découvrir les nouveaux films mais aussi en vue de participer aux nombreux colloques et rencontres visant au développement de ce cinéma prolifique.
La programmation réunit une centaine de films, longs métrages, courts ou documentaires.
Outre la Compétition Officielle réunissant des longs métrages, documentaires et courts métrages, le Festival propose des séances spéciales, des focus, des séances pédagogiques, un Coup de Coeur et des rétrospectives.
Le Festival contribue également à l’éducation et à la formation des jeunes en proposant des activités pédagogiques et encadrement des projections de films. Cette année, le FIFF renforce cette section désormais intitulée « FIFF Campus ».
Grâce à sa formule de Ciné-Pass, le FIFF a ouvert ses portes à un public de plus en plus nombreux, dépassant les 33.000 spectateurs par an.
Aujourd’hui, le Festival de Namur est désormais le plus grand festival international du cinéma francophone.


ASSEMBLEE GENERALE DU FIFF
Olivier Gourmet : Président d’Honneur
Jean-Louis Close : Président

Membres
Bassek Ba Kobhio : Directeur d’Ecrans Noirs, Cameroun
Malika Ben Brahim
Jean-Pierre Berckmans : Producteur & réalisateur
Jean Boreux : Coordinateur Média 10/10
Frédéric Bovesse : Médiateur à la Région wallonne
Guy Carpiaux : Conseiller provincial
Bernard Chateau : Directeur de la Coordination, Promotions et Marques à la RTBF
Jean-Louis Close : Avocat, Président du Festival
Florence Collard : Conseillère communale
Patrick Colpé : Directeur du Centre Culturel Régional
Dan Cukier : Administrateur de société/Trésorier
John Delville : Distributeur
Pierre-Yves Dermagne : Conseiller provincial
Bernard Ducoffre : Conseiller provincial
Arnaud Gavroy : Premier échevin
Anne Humblet : Conseillère provinciale
Luc Jabon : scénariste de la SACD
Martine Jacques : Député permanent de la Province de Namur
Françoise Janssens : Administratrice asbl « Les 400 coups »
Baudouin Lenelle : Directeur Canal C
Anne Lenoir : Représentante du CGRI
Philippe Mahoux : Sénateur, Président Canal C
Eric Miévis : Conseiller communal
Jacqueline Pierreux : Productrice « Pierre Films »
André-Marie Poncelet : Conseiller communal
Vincent Tavier : Producteur « La Parti »
Jean-Pierre Tilman : Directeur du GSARA
Louis Tordeurs : Vice-Président S.R.I.W.
Jean-Marc Van Espen : Député permanent
Maurice Vanschel : Directeur Cinéma « Eldorado »
Chris Vermorcken : SABAM
Grace Winter : experte en distribution

Observateurs
Frédéric Bouillieux : directeur de la langue française et de la diversité culturelle et linguistique de l’Organisation internationale de la Francophonie.
Marcel Hubeaux : Expert comptable
Claude Leclercq : Chargé de la promotion du cinéma à la Communauté Française de Belgique. En l’absence de Monsieur Leclercq, Observateur à l’Assemblée générale et au Conseil d’Administration, son mandat sera exercé par Monsieur Thierry Vandersanden, Attaché pour la promotion cinématographique à la Communauté française de Belgique
Jean-Luc Maquet : Président de l’Association des commerçants de Namur
Xavier Merlin : Directeur des Affaires européennes et internationales au Centre National de la Cinématographie
Christian Verbert : Directeur du bureau européen de la SODEC