Événements

Ouaga Hip Hop 6
Festival international de la culture Hip Hop organisé par Umané culture.

Français

lundi 23 octobre
gratuit A 18H30 AU SIAO

concert

K-TA (Burkina Faso
Deux grands et talentueux toasters se rencontrent à Ouagadougou au gré du destin en 2000. De cette rencontre naît le groupe Kontre Toute Atteinte pour symboliser leur rencontre. K-TA officiellement né réalise son tout premier single  » Mr le Président  » et devient rapidement un véritable tube qui révéla la force de frappe du groupe. Début 2005, ils rentrent en studio pour la réalisation de leur album de 14 titres.

AFRICA VOICE (Bénin)
Trois garçons Houeto, Charotero, et Dakris, décident de créer en juillet 1993 le groupe Africa Voice. Ce groupe devient en juillet 2002, le groupe de rap béninois le plus panafricaniste. Ils sortent ainsi en 2002 leur premier album  » STOP SIDA  » qui sensibilise toute la jeunesse africaine sur les menaces que le sida représente pour elle. Trois ans après, le nouvel opus  » Ogou  » surgit avec 10 titres réalisés entre Cotonou et Paris. L’album  » OGOU  » défend les valeurs africaines, tout en restant totalement neutre par rapport à leurs côtés mystique et négatifs.

WASS-WONG (Niger)
Wass-Wong : message des guerriers, une combinaison de mots Haussa et Djerma, langues locales les plus parlées au Niger. Le groupe a vu le jour en septembre 2000 suite à la fusion de deux groupes de rap nigériens : Wassika et Wangari. Les membres du groupe mènent une lutte depuis 1995 pour faire du rap une réalité artistique au Niger. Les plus engagés du mouvement hip-hop nigérien et ce n’est qu’après huit ans d’underground qu’ils sortent leur premier album en commun intitulé  » ANAZOUA  » (travail de longue halène).

OSSARA (Togo)
C’est par la grande porte que Wola et Obéba rentrent dans les annales de la musique togolaise. Triple nomination couronnée par un Award pour la Meilleure Vidéo Clip Révélation 2004 au Togo, le single « Levez- vous » du groupe OSSARA a su mettre tout le monde d’accord. Prometteurs culturels, businessmen, cinéastes et mélomanes de tous bords, en moins d’un an, ont succombé aux charmes de l’africanité que dégage ce duo de guerriers togolais à travers « l’Assanfo Hip Hop » Comme tout bon rappeur dont la renommée se mérite OSSARA a dû s’armer de courage et de détermination pour arriver à ce 12novembre2005, date de sortie de leur premier album :
 »Levez-vous »

BUBA (Mali)
Ce jeune malien, né au Kenya et grandit en Afrique du SUD, se présente comme étant un lyricistes alliant culture anglophone et francophone, mais aussi surtout comme un compositeur hors norme.
En effet, malgré son jeune âge, B.U.B.A’be urself, be able’est bien loin d’être pauvre en expériences musicales. D’abord présent sur de petits projets underground, il émerge définitivement en signant ses albums : -VOILA B.U.B.A (2002) -XXL (sortie le 16 janvier 2004) Il est dorénavant présenté comme l’un des producteurs musicaux du futur. La sortie du premier opus permettra de faire éclater au grand jour ses talents de parolier.


Performances graffiti a 18h30 au SIAO
TSF Art-Can (France) est un collectif d’artistes forts de 5 personnalités qui ont pour but de développer la recherche de chacun au travers d’une réflexion commune qui définit l’espace urbain comme lieu d’expression et de création.


mardi 24 octobre
gratuit A 20H30 au centre culture français

presentation de travail des ateliers de formation qui ont eu lieu du 16 au 24 octobre 2006
Danse hip hop, dirigé par Stéphanie Jardin (France)
Graffiti, dirigé par le Collectif TSF Art- Can (France)
Management, dirigé par Luc Mayitoukou (Congo)
Journalisme culturel, dirigé par François Gibert (France)
Mode et stylisme, dirigé par Régina Miang (Centre Afrique) et Béatrice Patchen (France)
Technique, dirigé par Bertrand Pelloquin (France)
Ecriture / slam, dirigé par Félix J. et Franco Mannara (France)
Djing, dirigé par Georges Martin Lopis (Sénégal)
Beat box, dirigé par la Compagnie Les Daltoniens (Belgique)


mercredi 25 octobre
1000 FCFA A 18H30 AU Reemdoogo (jardin de la musique)

Clash Party
A l’image des battles où des danseurs hip hop s’affrontent nous proposons aux rappeurs de la ville de participer à cette joute verbale.
Un prix sera offert aux 4 premiers vainqueurs.

Slam
Felix J et Franco Mannara, soit la moitié du colletif issue de la scène slam française, Spoke Orchestra.
 » Griots modernes, ils se font les échos de tous ceux qui travaillent avec ardeur tout en mettant l’accent particulier sur les  » combats  » du moment « .
Une rencontre avec la matière textuelle, le rythme et le sens des mots.
Franco Mannara, chanteur, compositeur au style épileptique. Felix J., une rencontre avec la matière textuelle, le rythme et le sens des mots.

Performances graffiti a 18h30 au SIAO
TSF Art-Can (France) est un collectif d’artistes forts de 5 personnalités qui ont pour but de développer la recherche de chacun au travers d’une réflexion commune qui définit l’espace urbain comme lieu d’expression et de création.

Jeudi 26 octobre
sOund system
gratuit A 18H30 à la cafet du centre culturel français

Stay Calm ! est un collectif de dj’s, vidéastes, graphistes, photographes et journalistes réunis depuis la fin des années 90 autour de l’organisation de soirées à Paris où se mêlent images et sons.
Les platines comme tableau de bord, les vynils hip hop comme feuille de route, les Dj’s de Stay Calm ! feront vibrer le dancefloor de la cafèt !

Danse

Tarif ccf a 20h30 au centre culturel français

La Compagnie Choream (France)
Dans Choream, il y a  » corps  » et  » âme « , mais aussi le mot  » choré  » désignant la chorégraphie.
Le corps c’est la partie matérielle d’un être qui lui permet de se déplacer, de bouger, donc de danser…
Mais la danse n’est permise que si le corps possède une âme.
L’âme nous donne sensibilité et émotion, ce qui est l’essentiel du danseur.
C’est de là que provient notre  » feeling « .
En son âme et conscience CHOREAM se lance à corps perdu vers le corps céleste.
Animé par l’esprit de corps, le groupe se donne corps et âme à la danse.
Stéphanie NATAF et José Bertogal, issus du groupe MACADAM donnent des cours de danse hip-hop à Montreuil (93) depuis déjà trois ans, lorsqu’ils décident en 1993 de fonder la Compagnie Choream.

Stéphanie Nataf, née en 1971 danseuse interprète depuis 1989 : Macadam, Sobedo, Black Blanc Beur. Grâce à une formation diversifiée (africaine, indienne contemporaine…) elle crée un style hip-hop original imprégné de ces différentes cultures
José BERTOGAL, né en 1968 danseur chorégraphe depuis 1987 : Macadam, Sobedo, il est l’un des pionniers du mouvement hip-hop, son goût de la perfection l’emmène vers un style unique dans le milieu de la chorégraphie hip-hop.

Epsilon
Création cyclique pour un hip hop du troisième millénaire…
Tic-Tac, Tic-Tac, Tic-Tac…
…Impalpable, incontrôlable, infatigable, d’un rythme certain, le temps impose sa cadence d’un pas sûr et régulier, et ceci depuis toujours.
Ici, on retrouve l’idée du cercle et des cycles, du fini et de l’infini, du commencement et de la fin. Mais si tout ceci n’était que pure invention de l’homme et que notre fameux  » Tic-Tac  » ne soit plus qu’un simple  » Tic  » ou un simple  » Tac  » ! Qu’il exerce un pouvoir sur le passage du temps et il nous serait alors possible de le remonter, le stopper, l’accélérer ou le ralentir à notre guise…
Tic-Tac, Tic-Tac, Tic-Tac….
L’espace-temps ne serait-il qu’une projection de notre imaginaire ?

Chorégraphes : José Bertogal, Stéphanie Nataf
Interprètes : Jean-Michel Gast, Akeem Houssam, Alexandra Rea, Stéphanie Nataf, Marguerite Mboule, TIP (sous réserve).
Costumes : Patricia Asciencio
Création musique : José Bertogal, Stéphanie Nataf
Création Lumière : Patrick Clitus
Régie lumière : Orso Delaruelle (sous réserve)
Co-production : Espace J.Prévert, Centre de Danse du Galion, Initiatives d’Artistes en Danse Urbaines Parc de la Villette Fondation de France, Caisse des Dépôts et Consignations, Choréam, Théâtre de Corbeil-Essonnes, Ville de Montreuil-sous-Bois, Conseil Général de l’Essonne, Conseil Général de Seine Saint-Denis, DRAC Ile de France.
Remerciements Théâtre Berthelot (Montreuil).
DUREE : 50 mn

Free Style

A chacun des ses passages, le danseur doit se surpasser pour être le meilleur, proposer une figure plus spectaculaire plus inventive que le danseur qui l’a précédé.
Le but est de démontrer sa supériorité technique, rythmique et ses capacités de showman.
C’est un espace d’expression corporel fondé sur des valeurs citoyennes, de respect et de convivialité.
Les danseurs se rencontrent et échanges leurs expériences techniques, acrobatiques et artistiques
Vendredi 27 octobre

1000 FCFA A 20h30 Au Centre Culturel Français

concert

Duggy Tee (Sénégal)
THE KING, Ancien fondateur et membre du très célèbre  » Positive black Soul « , Duggy Tee, qui n’est plus à présenter, évolue en solo après 15 ans de duo avec Dider Awadi. En 2003, il sort son premier album  » A Free Ka  » et en 2005 il annonce trois albums dans l’année. Duggy Tee enflamme les salles de spectacle et la légende du PBS, le mythe de la culture Hip Hop africain, continue !!!

Silatigui (Guinée)
Silatigui est né en même temps que le rap en guinée en 1992. ils commencent leur carrière dans les kermesses d’école et les shows de la rue. Malgré la concurrence, Silatigui se fait remarquer par son dynamisme et ils acquièrent une renommée. Grâce au groupe Kill point, ils enregistrent leur premier titre sur la compilation  » Tribunal Hip Hop « . Déclic ! Grâce à un nouveau coup de pouce de Bamba (studio Yes) ils sortent leur premier album  » Danda  » en 2000 puis un deuxième  » Rien à Prouver  » en 2004. Influencés par les grandes tendances rapologiques venues des states et d’Afrique, ils dénoncent les travers sociaux, revendiquent pour plus de justice et ont la manie d’extérioriser ce qui fait grincer l’âme.

K-Ravane (Burkina Faso)
Le groupe né en 1999 est formé par deux jeunes personnes qui ont eu la vocation d’être les messagers de la nouvelle génération. K-RAVANE dans leur premier album  » VIIMA YA KANGA  » alliant des rythmes et symphonies modernes aux mélodies africaines et de notre terroir apporte leur modeste contribution à l’éducation de cette jeunesse. C’est au rythme de ces cadences dansantes et pensives que K-RAVANE a choisi de mener le combat par des jeux de mots qui méritent d’être écouté.

Faso Kombat (Burkina Faso)
On ne présente plus Malk’Hom et David… le groupe vient de terminer de mixer son 2ème album  » Diamants et Miroirs  » sous la houlette de leur producteur et manager, Ali Diallo (Umané Culture) et nous ferons découvrir des inédits.

G.Moni (France)
G-MONI artiste du 91 (Essone, France) que l’on apprécie tout particulièrement. Vous avez pu entendre son grain de voix unique sur de nombreuses compilations (COCKTAIL XPLOSIF 2…) ou aux côtés d’artistes propres au 91 comme DA’PRO du groupe FORCE PURE. G Moni a un style qu’il semble n’avoir emprunté à personne

samedi 28 octobre
1000 fcfa a 20h30 au centre culturel français

Dhud’nj (Burkina Faso)
Membre fondateur du groupe Clepto Gang, il est aujourd’hui une référence dans le milieu hip hop burkinabé. Présent sur les meilleures scènes depuis 99, il nominé à plusieurs reprises  » meilleur rappeur du Burkina « . Dhud’nj participe aussi à de nombreux featuring dans les albums de  » La Censure « ,  » Smockey  » et  » Le Gouvernement « .

Wa B.M.G 44 (Sénégal)
Deux rappeurs et un DJ militants. Formé en 1992, dans la banlieue de Thiaroye, proche de Dakar. Wa Bokk Menmen guestu signifie littéralement « tous ensemble pour mieux réfléchir ». Le chiffre 44 est un hommage aux tirailleurs sénégalais rapatriés après la libération de la France, qui ont été assassinés le premier décembre 1944 par les troupes coloniales françaises. Précurseurs d’un rap engagé, résolument militant, s’affirmant contre la ségrégation, le népotisme, la perversion et toutes autres formes d’injustice, le groupe a créé un nouveau concept :  » Jihadcore « . Depuis leur début, ils vont de grandes scènes en festivals : Couleur Café à Bruxelles, Afrika Centrum à Munich, Hallamamasch à Vienne, African Urban Club à Linz, mais aussi en Suisse, France,…

Gbonhi Yoyoyo (Côte d’Ivoire)
Composé de NASH et de RAJAH ANACONDA, le groupe GBONHI YOYOYO, créé pour la circonstance mais issu d’une longue amitié, décide de répondre à l’attente de toute une frange de la jeunesse ivoirienne en proposant un album de fusion rap/zouglou avec de nombreux invités de marque dédié à notre pays, la Côte d’Ivoire. Le « gbonhi » est un mot nouchy (créole franco-ivoirien) qui signifie « collectif » ou « famille ». Il exprime la volonté de rassembler différentes personnalités représentatives de la diversité ethnique, linguistique et musicale qui caractérise la Côte d’Ivoire.
Le GBONHI YOYOYO se distingue par la place particulière réservée à la femme puisqu’il rassemble NASH et PRISS’K, figures emblématiques du rap ivoirien, et met en valeur le rôle de la femme dans la société, d’autant plus important en cette période de crise.

Clara Pop’s (France)
Loin des clichés du hip hop français, Clara rappe aussi bien qu’elle chante et a vite pris le parti de partager son univers plutôt que de s’astreindre à se donner une image  » Gangsta « . Néanmoins, sur certains de ses morceaux, elle traite de sujets conscients sans misérabilisme. Résolument dancehall, sa musique et ses lyrics sont destinés à faire danser plutôt qu’à faire pleurer. Clara est une MC dans un milieu dominé par les hommes. Malgré cela elle, elle affirme sa féminité et ses différences.

Fik’s Et P-Kaer (France)
Duo membre du collectif ulisien, Ul’Team Atom, Fik’s et P-Kaer se sont fait remarquer grâce à un morceau reprenant des punchlines de grands titres du rap français. Avec ce street-album, ils se présentent et annoncent la sortie de leur album  » Alliances et divisions « . Les thématiques du quartier sont au centre de ce disque, et on peut entendre ce qu’ils sont capables d’écrire sur les Etats-Unis sur  » Ferme ta Bush « .

Dimanche 29 octobre
2000fcfa a 16h00 a la maison du peuple (sous réserve)

Senegal : Didier Awadi – Xuman – Keyti – Myriam – Big d
Guinee : Dggji Force 3
Mali : Tata Pound
Mauritanie : wAraba
Cote d’ivoire : Priss’k
Niger : Kaidan Gaskia
Gambie : Egalitarian
Benin : Moona
Togo : Djanta Kan
Burkina faso : Smockey – Yeleen

du mercredi 25 au samedi 28 octobre
gratuit de 9h a 12h et de 15h a 18h a la rotonde du centre culturel français

exposition

Un pôle interactif, de rencontres et d’échanges.
exposition de photo de graffiti réalisée par les collectifs TSF et Art Can
TSF Art-Can (France) est un collectif d’artistes forts de 5 personnalités qui ont pour but de développer la recherche de chacun au travers d’une réflexion commune qui définit l’espace urbain comme lieu d’expression et de création.


STAND

vente de cd, tee shirt, affiche, … des groupes programmes
les jeudi 26 et vendredi 27 octobre
gratuit a 10h au petit Melies du centre culturel français

Rencontres professionnelles
En présence des représentants de différentes structures et les différents groupes artistiques invités au Festival.

du mercredi 25 au samedi 28 octobre
gratuit au petit Melies du centre culturel français

Mercredi 25 octobre A 16H : Fangafrika, un documentaire du collectif Stay Calm
Ces séquences filmées en situation sont entrecoupées d’interviews réalisées lors du festival Ouaga Hip Hop, à Dakar lors du festival Hip Hop Awards ainsi qu’à Paris. Rap vaudou du Benin, Rap Hardcore du Mali, Rap sucré-salé du Cameroun, Rap féministe du Sénégal nous transportent dans la réalité des grandes villes d’Afrique de l’Ouest…. Nous découvrons la complexité et la richesse de ce phénomène à travers les différents acteurs de la scène rap burkinabé. Des artistes et producteurs les plus connus aux jeunes rappeurs de l’underground qui cherchent à percer lors de « clash party », des confrontations pacifiques improvisées ou lors de tremplin de quartier.

A 18H Battles, Dégaine ton style, documentaire, 130mn
Découvrez les célèbres Clashs qui ont propulsé SINIK au sommet du rap français et plongez au cœur du HIP HOP underground avec les meilleurs gladiateurs des Battles Rap Français. Plus de 2H d’images exclusives commentés par les vainqueurs !!!

jeudi 26 octobre A 16H Paradis, Un film Marie-Hélène REBOIS, France, 2004, 1h40
Marie-Hélène Rebois, connue principalement pour son travail sur la compagnie Bagouet (notamment Histoire d’une transmission et Ribatz, Ribatz ! Ou le grain du temps, Prix de la compétition française au Fid Marseille en 2003), poursuit son exploration de la danse contemporaine, à travers l’oeuvre de José Montalvo, chorégraphe français d’origine espagnole. Cette captation de Paradis, une pièce créée en 1997 à la Maison de la danse de Lyon, restitue avec bonheur l’inventivité, l’humour et l’énergie qui sont la marque de la compagnie Montalvo/Hervieu. Un spectacle ludique, qui mêle avec jubilation les genres et les cultures (hip-hop, ballet classique, danse africaine), la danse et la vidéo, les danseurs et leur image projetée sur d’immenses écrans.

vendredi 27 octobre A 16H Rappatack, Un film de Chimiste 2002, 1h30
Vingt ans de rap, en rafale, dans ce documentaire chronologiquement, fait par le hip-hop (le réalisateur est le fondateur du label Arsenal) pour le hip-hop et pour ceux qui veulent soit le découvrir, soit en savoir plus : la plupart des grands noms sont présents : NTM, IAM, Cut killer, mode 2. Cette contre-attaque du hip-hop nous plonge dans le mouvement culturel français probablement le plus revendicatif de la fin du 20ème siècle sans omettre de parler des politiques de certaines maisons de disques et de certaines radios…

vendredi 27 octobre A 18H 8 mile, de Curtis Hanson, Etats-Unis, 2003, 120mn
La vie d’un groupe de jeune qui luttent pour s’en sortir dans l’univers glauque de la banlieue de Détroit. Pour Jimmy  » Rabbit  » Smith et sa bande, le Hip Hop est la seule barrière qui peut les empêcher de déraper. Rabbit sait que son talent de rappeur peut lui offrir une porte de sortie vers la réussite, mais pour réaliser ses rêves, il doit trouver les mots qui expriment sa révolte et ne pas se laisser paralyser par le trac lors des  » rap battles « , où des rappeurs s’affrontent à coup de rimes devant un public surchauffé.

samedi 28 octobre A 10H
Battle of the Year International 2003, Allemagne, 2003, 150mn
Les plus belles chorégraphies et Battles de ces dernières années filmées dans le cadre des compétitions. Plongez dans l’univers survolté du break dancing, des qualifications jusqu’aux quart de finales, demi finales et finales avec les meilleurs crews de danse Français : Pockemon, Wanted Posse, Vagabond, Liaison Fatale, Fantastik Armada,…

samedi 28 octobre A 15H
RIZE, de David LaChapelle, France, 2005, 84mn
Rize révèle un phénomène urbain en train de totalement exploser à Los Angeles.Le photographe David LaChapelle a réussi à saisir la naissance d’une forme révolutionnaire d’expression artistique issue de l’oppression d’une couche sociale de la population américaine : LE KRUMP. Cette danse agressive et visuellement incroyable, prend ses racines dans les danses tribales africaines et se caractérise par des pas et des mouvements d’une vitesse et d’une difficulté inégalées.
bobo dioulasso

lundi 23 octobre
gratuit A 18H30 AU CENTRE CULTUREL FRANCAIS
CINEMA 8 mile, de Curtis Hanson, Etats-Unis, 2003, 120mn

gratuit a 20h30 au centre culturel francais
CINEMA Battle of the Year International 2003, Allemagne, 2003, 150mn

mercredi 25 octobre
gratuit a 18h30 au centre culturel francais
CINEMA Fangafrika, un documentaire du collectif Stay Calm


500 fcfa a 20h30 au centre culturel francais
concert

K-RAVANE (Burkina Faso)
CLARA POP’S (FRANCE)

jeudi 26 octobre 2006
gratuit A 18H30 AU CENTRE CULTUREL FRANCAIS
CINEMA Rappatack, Un film de Chimiste 2002, 1h30

gratuit A 20H30 AU CENTRE CULTUREL FRANÇAIS
concert

PLATEAU OFF AVEC LA RTB


vendredi 27 octobre
gratuit a 18h30 au centre culturel francais
cinema Paradis, Un film Marie-Hélène REBOIS, France, 2004, 1h40

500 fcfa a 20h30 au centre culturel francais
concert

K-Ta (Burkina Faso)
Fik’s Et P-Kaer (France)
Duo membre du collectif ulisien, Ul’Team Atom, Fik’s et P-Kaer se sont fait remarquer grâce à un morceau reprenant des punchlines de grands titres du rap français. Avec ce street-album, ils se présentent et annoncent la sortie de leur album  » Alliances et divisions « . Les thématiques du quartier sont au centre de ce disque, et on peut entendre ce qu’ils sont capables d’écrire sur les Etats-Unis sur  » Ferme ta Bush « .

samedi 28 octobre
Gratuit a 18h30 au centre culturel francais
Cinema Rize, de David LaChapelle, France, 2005, 84mn

Tarif ccf a 20h30 au centre culturel français
La Compagnie Choream (France)
epsilon
ateliers de formation qui ont eu lieu du 23 au 27 octobre 2006
danse hip hop, dirigé par Sidali (France)
ecriture / slam, dirigé par AWADI (Sénégal)




Le directeur artistique
Ali Diallo a été directeur de Yeleen, festival international de contes et de musiques de Bobo-Dioulasso et directeur des Nuits de la Parole au CCF de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso pendant sept ans. Il est le concepteur de Ouaga Hip Hop, Festival Internationale de la culture HIP-HOP.
On dit de lui : « Ali Diallo, Mister Magic Hip Hop » (Planète jeunes N°77, oct. 05), « Ali Diallo est dans l’air du temps, l’entrepreneur de spectacle du moment, celui qui bouge à Ouaga et un fer de lance pour la sous région », (Continental N°33, déc. 2004).

Umané culture a été créée en 1997 à Ouagadougou à la suite d’un stage international de théâtre organisé par Afrique en créations et l’Université d’Accra (Ghana). Ses objectifs sont de favoriser les contacts, les brassages et les échanges culturels, d’entreprendre et de collaborer à des actions visant une professionnalisation plurielle et un plein épanouissement des artistes.
A travers la mise en oeuvre de partenariats nationaux et internationaux, elle apporte sa collaboration artistique, administrative et technique pour produire, coproduire et diffuser des spectacles au Burkina-Faso et à l’étranger.
Elle entend permettre à des artistes de domaines divers (théâtre, conte, musique, danse…) de travailler de façon régulière et interactive sur différents projets.