Événements

« L’exotisme colonial » : programmation des 19e JOURNÉES CINÉMATOGRAPHIQUES DIONYSIENNES

Français

TABLE RONDE : « L’EXOTISME COLONIAL » Les historiographies coloniales et postcoloniales sont aujourd’hui en plein développement et ce n’est pas sans conséquences sur d’actuels débats citoyens. On découvre ainsi ou redécouvre que le colonialisme a non seulement conquis des territoires et spolié des matières premières mais aussi exploité des « corps indigènes ». Un système de représentations a nourri un « imaginaire colonial » encore vivace aujourd’hui. Quelles places tiennent les images fixes (photos, cartes postales…) ou animées (cinéma) et la chanson dans la construction de cet imaginaire ? Les chefs-d’œuvre cinématographiques sont-ils réductibles à ces interrogations historiques et politiques ? Doit-on les traiter à part ? Une carrière d’acteur ou d’actrice peutelle résister à la construction des stéréotypes ? Y a-t-il ici des spécificités françaises ? Avec Sylvie CHALAYE (anthropologue des représentations coloniales et historienne des arts du spectacle, professeur et directrice de recherches à l’Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III) ; Zahia RAHMANI (écrivain, historienne d’art, responsable à L’Institut National de l’Histoire de l’Art du domaine de recherche Histoire de l’Art mondialisé), Alain RUSCIO (historien, spécialiste d’Histoire coloniale française, auteur de nombreux ouvrages sur l’Indochine et l’Algérie), animée par Tangui PERRON, chargé du patrimoine audiovisuel à Périphérie

DAÏNAH LA MÉTISSE de Jean Grémillon – Smith, un illusionniste noir, embarque sur un paquebot de luxe avec Daïnah, une femme métisse qui ne tarde pas à déchaîner les passions. Bientôt, elle reçoit les avances d’un homme qu’elle doit repousser violemment

10/02 à 15h45 : Table ronde précédée du film DAÏNAH LA MÉTISSE de Jean Grémillon (France, 1931, 60′) PROJECTION – CONCERT La projection d’Alexandrie pourquoi ? film autobiographique où Youssef Chahine propose plusieurs voyages dans le temps et l’espace et convie le spectateur dans une Alexandrie idyllique, sera précédée du concert Chahine Bel-Aghani, une biographie musicale et théâtralisée. Pendant que les personnages les plus marquants de la filmographie du cinéaste égyptien relatent l’histoire de sa vie, les sonorités envoûtantes du groupe nous transportent vers des mondes de rêves et de mystères… 7/02 à 20h30 – ALEXANDRIE POURQUOI ? de Youssef Chahine (Égypte, 1978, 133′) version restaurée. Projection précédée du CONCERT CHAHINE BEL-AGHANI (Chahine en chansons), avec Amal GUERMAZI, doctorante et chercheure à la Cinémathèque française (chant et violon), accompagnée du groupe Aghani – Mounir Zouita (chant), Nidhal Jaoua (cithare) et Malik Shukeir (tambourin). En partenariat avec le Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient

Rencontre avec ANNIE TRESGOT En 1971, parmi les films sélectionnés par la Semaine de la critique au festival de Cannes, figurait un long-métrage sur l’immigration algérienne, mêlant narration et entretiens effectués entre 68 et 70 sur fond d’images de la vie des Nord-Africains en France : El Ghorba ou Les passagers ; L’itinéraire d’un travailleur immigré, entre l’Algérie – où il va épouser la fille que ses parents ont choisie – et la France, où il est confronté à la précarité de l’emploi et aux difficultés de la vie quotidienne

9/02 à 13h45 – LES PASSAGERS de Annie TRESGOT (Algérie, 1971, 83′) Séance suivie d’une rencontre avec la réalisatrice animée par Tangui PERRON, historien, chargé du patrimoine audiovisuel à Périphérie À peine sorti de prison, Kamel est expulsé vers son pays d’origine, l’Algérie. Cet exil forcé le contraint à observer avec lucidité un pays en pleine effervescence, tiraillé entre un désir de modernité et le poids de traditions ancestrales. 9/02 à 16h15 – BLED NUMBER ONE de Rabah Ameur-Zaïmeche (France-Algérie, 2005, 102′) (Re)tours au Bled ! Séance co-organisée avec l’association Sciences-Pop (Intervention d’éducation populaire à Saint-Denis) suivie d’une rencontre avec Jennifer BIDET, sociologue, co-auteure avec Singeon de la BD Vacances au bled (éditions Casterman, collection Sociorama, 2018) Dans cet unique film de Mohammed Zinet, comédie inclassable aux accents de Chaplin et Tati, un couple de touristes français découvre Alger, au hasard des promenades et des rencontres… 10/02 à 20h00 – TAHIA YA DIDOU de Mohamed Zinet (Algérie, 1971, 81′) version restaurée. Séance suivie d’une rencontre avec Ismaïl ZINET, fils du réalisateur, et Olivier HADOUCHI, historien de cinéma. En partenariat avec le Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient

Avec Jaguar, sorte de road movie à pied, l’ethno-cinéaste Jean Rouch a filmé le joyeux périple de trois jeunes Nigériens sur les routes de l’actuel Ghana, nous donnant à découvrir différentes facettes de l’Afrique de l’Ouest des années 70

11/02 à 16h45 – JAGUAR de Jean Rouch (France, 1967, 91′) Rencontre avec MATI DIOP La réalisatrice Mati Diop présentera Touki Bouki, le film de son oncle, le grand réalisateur sénégalais Djibril Diop Mambety, et son propre film, Mille Soleils, qui enquête, quarante ans plus tard, sur l’héritage personnel et universel que représente Touki Bouki

Avec Touki Bouki, Djibril Diop Mambety signait un véritable brûlot, où la quête, souvent chaotique, d’un berger et une étudiante de Dakar qui rêvent de quitter leur pays, devient aussi un hymne à la liberté. Avec Mille Soleils (2013), Mati Diop s’interroge : que s’est-il passé depuis ? Magaye Niang, le héros du film, n’a jamais quitté Dakar. Où est passée Anta, son amour de jeunesse ? 11/02 à 18h00 – TOUKI BOUKI de Djibril Diop Mambety (Sénégal, 1973, 95′) et MILLE SOLEIL de Mati Diop (France, 2013, 45′). En présence de Mati DIOP Rencontre avec MED HONDO Le cinéaste-doubleur Med Hondo présentera le très rare West Indies ou les Nègres marrons de la liberté, une surprenante comédie musicale politique, en langue française et créole, traitant de la naissance du peuple Antillais et de son identité. – « Je voulais affranchir le concept même de comédie musicale de sa marque de fabrique américaine. Je voulais montrer que chaque peuple sur terre a sa propre comédie musicale. » Med Hondo

11/02 à 20h45 – WEST INDIES – LES NÈGRES MARRONS DE LA LIBERTÉ de Med Hondo (France-Mauritanie-Algérie, 1979, 110′). En présence du réalisateur MED HONDO