Icône de la constellation Noire : Joséphine Baker

La représentation de Joséphine Baker dans les œuvres de Faith Ringgold, Hassan Musa et Billie Zangewa

Grande dame de la constellation Noire, depuis les années 1920 Joséphine Baker est représentée, d’abord au centre des affiches de la Revue Nègre, de dessins désormais célèbres. De nombreux artistes ce sont appropriés sa silhouette et son histoire. Nous avons souhaité analyser les œuvres de Faith Ringgold, artiste majeure de l’art Africain Américain, d’Hassan Musa, artiste politique emblématique, et de la jeune artiste sud africaine Billie Zangewa. Trois artistes appartenant à trois générations différentes qui ont souhaité travailler une une même femme dont l’histoire reflète les maux de l’histoire Noire.

Je suis du côté des “niggers”. Je n’en ai ni gloire ni humiliation. Je n’ai pas choisi. Joséphine Baker. (Mémoires)

La figure de Joséphine Baker (née le 3 juin 1906 à Saint Louis, Missouri, Etats-Unis et décédée le 12 avril 1975 à Paris) tient une place singulière dans les travaux de nombreux artistes Noirs. Elle est le symbole de la femme Noire belle et libre. Libre de son corps, de son image et de son exotisme qu’elle a toujours su utiliser à bon escient. Baker est née à Saint Louis, dans l’État du Missouri, “la ville aux 100 000 Nègres” comme elle l’a confié à Marcel Sauvage dans ses Mémoires (1). La situation financière de sa famille étant critique, elle quitte très jeune l’école et se lance dans une carrière de danseuse dans les années 1920. Elle intègre différentes compagnies ambulantes q...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Partager :

Laisser un commentaire