Il’ en bulles : le festival le plus austral de la bande dessinée francophone

Print Friendly, PDF & Email

Le festival mauricien de bande dessinée Il’en bulles est né en mai 2003 dans la foulée de cinq concours et formations organisés par l’Alliance française de Maurice, avec le soutien de l’Ambassade de France. Il s’appuyait sur un réseau constitué lors des différents mois de la BD, lancés sur l’Ile en 1999. À l’occasion de sa troisième édition, retour sur une manifestation qui confirme la vitalité de la BD africaine.

Parmi les invités européens, figuraient certains formateurs venus auparavant dispenser des cours : Emmanuel Lepage (1999), Lucien Rollin (2000) et Lax (2001), Lucien Rollin apportant également l’expertise du Festival Quai des bulles de Saint Malo dont il est l’organisateur.
D’autres professionnels européens étaient également de la partie : Serge Le Tendre (La quête de l’oiseau du temps), Michel Plessix (Julien Boisvert), Richard Guerineau (Le chant des stryges), Eric Corbeyran (sales mioches !), Etienne Davodeau (Quelques jours avec un menteur), Joub (Max et Zoé) et Pierre Makyo, futur scénariste de Laval Ng.
En décembre 2005, Lucien Rollin et Joub revenaient, accompagnés de Daphné Collignon, venue quelques mois auparavant encadrer une formation. Le nouveau partenariat avec le festival réunionnais Cyclone BD, qui se tient systématiquement à la même époque, nous offrait la présence du Belge Danny (Olivier Rameau) qui reviendra animer une formation à l’alliance française l’année suivante, de Jean Louis Mourier (Trolls de Troy) et d’Hippolyte (Dracula) qui résidait à l’époque à La Réunion.
Pour sa troisième édition, Cyclone BD a à nouveau offert un plateau de qualité aux amateurs du 9e art : Jacques Ferrandez (Carnet d’Orient), Jean Denis Pendanx (Abdallahi) et Michel Faure (Les fils de l’aigle) accompagneront Lucien Rollin, devenu l’un des piliers du festival et président du jury du mois de la BD 2007. Les deux Congolais Barly Baruti (Mandrill) et Thembo Kash (Vanity) viennent compléter ce plateau et lui donner une touche africaine.
Sur le plan régional, les Réunionnais Appollo (2003), Stéphane Bertaud (2003) et Serge Huo Chao Si (présent à chaque édition), les Malgaches Jari et Farahaingo (en 2003), Rado et Roddy (en 2005) et Mamy Raharolahy (présent cette année grâce à l’appui du Centre Albert Camus de Tananarive) confortent l’importance régionale de Il’ en bulles.
Soucieux d’élargir la palette des talents locaux présents trop souvent limités à Laval Ng, le festival s’est ouvert cette année aux dessinateurs de presse mauriciens qui ont pu dédicacer et exposer leurs meilleures productions, en même temps qu’une sélection de dessins tirés de l’ouvrage de Faby Duff et Laval Ng : Un lecteur averti en vaut bien deux.
Doucement, modestement, sans gros moyens mais avec de l’ambition, Il’ en bulles prend son envol et trouve ses marques, bien aidé par ses deux grandes sœurs malouines et réunionnaises.
Sur un continent africain où les festivals de BD sont soit éphémères (Libreville, Nairobi…) soit programmés irrégulièrement (Abidjan : 2000, 2002 et 2007 ; Kinshasa : 1991, 1998, 2000, 2002 et 2005), la capacité du festival mauricien à trouver son rythme de croisière et à se fondre dans le paysage de la Bande dessinée internationale constituera sans doute notre plus grand challenge….

Coordonnateur de Il’ en bulles 2007///Article N° : 7181

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire