Il n’y a pas que le rap ou le sport dans le 93

Lire hors-ligne :

À Sevran, depuis 2009, des trentenaires prennent la vie de leur quartier en main. Grâce aux outils du community organizing, forme d’organisation sociale qui repose sur l’implication des habitants, ils ont créé une association d’accompagnement scolaire, une amicale de locataires… Rencontre avec des « serial organizers ».

Vendredi, 18h30 dans le quartier des Beaudottes à Sevran (93), Jaouad Dahmani, président de l’amicale des locataires accueille les habitants aux côtés de Btissam Lofti, secrétaire général de l’association. Quelques minutes à peine après l’ouverture de la permanence hebdomadaire, une habitante déboule, furieuse. « Les ouvriers ont commencé les travaux et depuis j’ai des fuites partout. Tout ce qu’ils m’ont répondu, c’est que tant qu’il y aura des travaux, il y aura des fuites », s’emporte la dame. Comme elle, ils sont nombreux à venir chaque semaine se plaindre des dysfonctionnements, convaincus de l’efficacité de l’amicale. Et pour cause, au titre d’un retour de charges et d’autres réclamations, l’association a obtenu une compensation de près de plus de 300 000 euros pour l’ensemble des locataires.
Autonomiser les habitants
Les résultats obtenus sont rapides, l’amicale n’ayant vu le jour qu’en 2010. Fatigués de voir les habitants trouver leurs revendications auprès du bailleur laissées lettre morte, Jaouad Dahmani et ses amis décident de s’organiser. « Les ascenseurs étaient toujours en panne. Pendant près de trois ans, plusieurs immeubles sont restés sans chauffage. Les habitants se plaignaient de vive voix mais seul l’écrit compte. L’objectif est de les aider à suivre les cadres administratifs pour se faire entendre et les autonomiser », explique Btissam Lofti, confiante. Ce groupe de trentenaires n’en est en effet pas à son coup d’essai. Déjà en 2009, ils créent Initiatives des diplômés pour l’éducation et l’emploi des Sevranais (IDEES), association d’accompagnement scolaire. À l’époque chacun de son côté aide son entourage à faire ses devoirs. « Pourquoi ne pas se mobiliser ? On voit bien ce qui nous a manqué lorsque l’on était à l’école : des modèles. Il n’y a pas que le rap ou le sport dans le 93 », estime Yacine Hilbi, ingénieur commercial et président d’IDEES. Les complices en parlent alors autour d’eux et l’organisation se met doucement en place grâce au bouche à oreille. De deux inscrits à la première séance, IDEES accueille aujourd’hui 150 collégiens et lycéens grâce à l’aide de 40 bénévoles.
Le pouvoir de changer les choses
Plus récemment, ces infatigables Sevranais constatent que l’offre d’activités sportives est insuffisante. À nouveau, ils cherchent des compétences. C’est le principe même du « community organizing ». Cette forme de mobilisation née aux États-Unis repose sur l’implication des habitants dans leur vie de quartier. « L’idée est de créer des structures, de laisser les gens s’en saisir pour qu’elles puissent voler de leurs propres ailes », explique Yacine. Et maintenant qu’ils maîtrisent les outils, ils ne sont pas près de s’arrêter. « Nous pouvons changer les choses. Tant qu’il y aura des manques, nous continuerons « , assure Yacine Hilmi.

Plus d’info :

Pour contacter l’Amicale des locataires, écrivez-leur à : amicalecnlbeaudottes3f@hotmail.fr

Pour en savoir plus sur l’association IDEES, rendez-vous sur son site Internet : www.ideesevran.fr///Article N° : 12555

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire