Itinéraires d’exil : l’exemple haïtien

Lire hors-ligne :

 » J’avais le choix entre l’exil, la prison ou la mort  » rappelle volontiers le romancier haïtien Emile Ollivier qui, depuis plus de trente ans, vit loin de sa terre natale, dans un Québec qui lui est aujourd’hui devenu familier. E si cette  » seconde patrie  » jamais ne supplantera la première, il aurait aujourd’hui néanmoins quelque peine à le quitter si les conditions d’un retour au pays natal se trouvaient réunies.  » J’aurai mal au Québec « , avoue-t-il… Comme tant d’autres, Emile Ollivier participe de cette littérature haïtienne, emportée aux quatre coins du monde par les souffles violents et meurtriers d’une dictature familiale sanguinaire. A la suite de René Depestre qui, à...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore (ou plus) abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.

Laisser un commentaire