Johannesburg, laboratoire de courants architecturaux (1)

La ville de Johannesburg, construite suite à la découverte de l’or dans sa zone géographique, assimile depuis toujours le meilleur et le pitre des influences architecturales du monde entier. Aujourd’hui libres de se confronter au paysage africain, les architectes de la ville sauront-ils relever le défi d’une  » architecture africaine  » ?

Johannesburg a la particularité d’avoir été construite du jour au lendemain, lorsque de l’or a été découvert dans des couches sédimentaires superficielles sur les bords d’un lac préhistorique formant aujourd’hui l’escarpement du Witwatersrand. Âgée de 199 ans, c’est toujours une ville jeune, considérée par certains, comme une ville sans âme, sans physionomie, sans pardon possible ; une ville difficile. Pour ma part, je suis convaincu que chaque ville possède un esprit et une âme qui définissent ses habitants et par extension son architecture. Toute personne ayant visité Venise ou New York s’accordera pour dire que l’architecture est indissociable de l’esprit des lieux. Quel est alors cet esprit de Johannesburg et en quoi le retrouve-t-on dans son architecture ? En quoi cette architecture est-elle constitutive d’un système global de valeurs qui existe dans cette cité ? Une architecture au service des grandes fortunes Dans son empressement frénétique à émerger de l’étendue du  » veld africain « , Johannesburg n’a jamais pris le temps de s’arrêter assez longtemps pour se penser dans son ensemble. Les sources historiques indiquent que certains terrains de la ville ont porté plus de quatre constructions diff&eacut...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Partager :

Laisser un commentaire