La Ceinture de feu

De Bahij Hojeij

Print Friendly, PDF & Email

Alors que le propos du film est passionnant : explorer les effets bouleversants de la guerre sur un personnage qui n’y prend pas parti, son problème est le traitement : un montage approximatif qui ôte au spectateur les repères sans pour autant être œuvre artistique, une musique terriblement pressante, une voix-off pénétrante, des pistes de scénario non poursuivies, une lourdeur générale… Les acteurs ne sont pas en cause, à commencer par Nida Wakim qui compose avec force Chafic, ce professeur dérouté qui ne fait plus la différence entre l’angoisse et la réalité, et poursuit des chimères affectives. Pris dans la gangue de la réduction de son espace privé par un concierge qui en dispose comme il l’entend, d’un amour impossible, de la violence de la guerre et des contrôles entre zones, Chafic incarne à lui seul le vécu d’une guerre urbaine. Son amour rêvé n’est que l’allégorie d’une asphyxie générale que le réalisateur tente d’exprimer par des scènes marquantes. Les faibles moyens dont disposait le film ne pouvaient malheureusement suffire à l’ambition du sujet.

2003, tourné en bêta numérique et transféré en 35 mm, coul. 95 min., avec Nida Wakim, Hassan Farhat, Bernadette Hodeib.///Article N° : 2915

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire