La jeune fille au gousset

Venir au festival de Limoges sans faire un tour au Gousset, c’est comme aller à la Mecque sans visiter la Kaaba. La jeune fille avec des-lèvres-tu-as-envie-qu’elle-te-fasse-ça-avec, visiblement ravie de sa formule, frotta le bout de la queue dans la craie puis se pencha sur la table et visa la boule blanche ; sa jupe déjà très courte remonta. Pendant que le regard d’Opolo roulait le long de ses bas aux rayures noires et blanches il pensa elle n’a pas que son cul à la place de la bouche, elle a les jambes qui vont avec. De l’autre côté du mur de poutres, Dany, la patronne du Gousset qui avait suivi de son comptoir le manège d’Opolo, sourit. Tout comme son époux, Edgar dit L’Enchanteur, dissimulé derrière la fumée de son cigare. Opolo tenta alors d’effacer les jambes de la jeune fille de sa tête et laissa vagabonder son esprit. A l’origine, lui revint la voix de l’Enchanteur, Le Gousset, si tu veux, bon ça a rapport avec la taille. Quand Dany a ouvert son bar, le bar se terminait ici, en gros à la hauteur des escaliers. Là où se trouve le billard n’existait pas, Dany n’avait que… la jeune fille voyant Opolo se déplacer et se mettre dans son angle de visée, se baissa un peu plus pour être sûre de ne pas rater la boule blanche. Opolo, parce que ses yeux s’étaient coincés entre les seins de la jeune fille avec des-lèvres-tu-as-envie-qu’elle-te-fasse-ça-avec, pensa elle le fait exprès. Sûr qu’elle me cherche si tu veux c’est un parallèle entre la taille et la petite poche dans laquelle on mettait la montre à gousset. C’est de là que vient le nom du bar. Le haut n’exist...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Partager :

Laisser un commentaire