La littérature africaine, fille de l’exil

D’Ovide à Milan Kundera, en passant par Alexandre Soljenitsyne, l’exil domine l’histoire de la littérature. Si l’on prend par exemple le cas des pays de l’Est où le totalitarisme a sévi pendant des décennies, on s’aperçoit tout de suite qu’on ne peut établir un panorama littéraire exhaustif de ces pays sans prendre en compte l’apport des écrivains exilés. Ceci est particulièrement vrai en Russie, car la littérature russe du XXe siècle est impensable sans Yvan Bounine, Vladimir Nabokov, Nina Berberova ou Alexandre Zinoviev, etc. Il en est de même de la littérature négro-africaine où l’exil est à la fois un fait et un thème récurrents qui s’explique en partie par des raisons géopolitiques. On retiendra que c’est à Paris que le Guyanais Léon-Gontran Damas, le Martiniquais Aimé Césaire et le Sénégalais Léopold Sédar Senghor jettent les bases de la Négritude. De même, c’est en France que les deux écrivains bantous les plus prolixes, Tchicaya U Tam’si et Mongo Beti, produisent leurs textes. Enfin, c’est en exil que Camara Laye, Alioum Fantoure, Williams Sassine, Tierno Monénembo écrivent les plus belles pages de la littérature guinéenne d’expression française. En tant que thème littéraire, l’exil traverse la littérature négro-africaine d’expression française, depuis Le Cahier d’un retour au pays natal de Césaire (1939) jusqu’à L’impasse de Daniel Biyaoula (1996). Mais la problématique de l’exil n’est pas évoquée de manière identique dans les tex...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Les images de l'article
Jo Diomandé Côte d'Ivoire peinture et sable sur toile 116 x 89 cm 1974
© Collection de l'ADEIAO (Art Contemporain d'Afrique et d'Océanie)
Kra N'Guessan Côte d'Ivoire Masque Goly peinture et toiles collées sur tapa 125 x 95 cm 1977
© Collection de l'ADEIAO (Art Contemporain d'Afrique et d'Océanie)
Partager :

Laisser un commentaire