La littérature africaine, fille de l’exil

Lire hors-ligne :

D’Ovide à Milan Kundera, en passant par Alexandre Soljenitsyne, l’exil domine l’histoire de la littérature. Si l’on prend par exemple le cas des pays de l’Est où le totalitarisme a sévi pendant des décennies, on s’aperçoit tout de suite qu’on ne peut établir un panorama littéraire exhaustif de ces pays sans prendre en compte l’apport des écrivains exilés. Ceci est particulièrement vrai en Russie, car la littérature russe du XXe siècle est impensable sans Yvan Bounine, Vladimir Nabokov, Nina Berberova ou Alexandre Zinoviev, etc. Il en est de même de la littérature négro-africaine où l’exil est à la fois un fait et un thème récurrents qui s&rs...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore (ou plus) abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.

Ce contenu vous intéresse ? Africultures a besoin de vous pour continuer d'exister. Alors soutenez-nous !

Laisser un commentaire