Le monde des musées en Afrique a-t-il changé ?

Entretien de Franck Houndégla avec Alain Godonou

Lire hors-ligne :

Le Centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels – l’ICCROM – avait lancé en 1986 la phase pilote d’un programme baptisé Prévention dans les musées africains. Alain Godonou a coordonné le PRÉMA, destiné à sauver les collections en passe de disparaître, entre 1990 et 2000. Dix ans pendant lesquels il a contribué à établir « un réseau de professionnels africains capables d’assurer la conservation des collections des musées africains au sud du Sahara et de prendre en charge la formation de leurs collègues ». Aujourd’hui directeur de l’École du Patrimoine africain, l’ÉPA (1), il esquisse pour Africultures un premier bilan du travail accompli dans les musées africains.

Lorsque vous avez suivi le cours du PrÉma, en 1986, quel était le contexte global des musées africains ?
Le contexte global des années 1980 était marqué par deux données fondamentales : la montée des prix des œuvres africaines sur le marché de l’art et le constat fait par les institutions professionnelles – et en particulier par l’ICCROM -, des multiples dangers qui menaçaient les collections conservées dans les musées nationaux africains. Très peu de professionnels étaient formés aux questions de conservation ; à peine un ou deux dans l’ensemble des musées au sud du Sahara ! Bref, la faiblesse des institutions muséales africaines s’est révélée au moment même où celles-ci devaient être présentes et vigilantes. Par ailleurs, le musée était une institution publique gérée directement par les services du patrimoine des États africains.
Du milieu des années 1980 à nos jours, il s’est écoulé vingt ans. Quelle est la nouvelle « topographie » des musées en Afrique -en termes de personnels, de types de musées, de financements, de publics…
Même avec des hauts et des bas, il y a eu beaucoup d’ambitions pour les musées. Le monde des musées s’est diversifié, avec de plus en plus de musées privés ou communautaires qui jusqu’alors étaient très rares. Il y a eu quelques projets de grands musées publics conduits à leurs termes, comme le Musée national du Burkina ou encore le Musée de plein air de Parakou, au Bénin, qui est aussi une belle réalisation du point de vue conceptuel. D’importants chantiers de réhabilitation ou de rénovation de musées ont également été réalisés au Bénin, au Gabon, au Kenya, au Mali, au Sénégal, en Zambie, etc. Du côté des musées privés ou communautaires, on peut citer le Musée de la Femme de Gorée, qui a lancé un mouvement pour la création de ce type de musée, qu’on ne trouve d’ailleurs qu’en Afrique. Le Tanje village Museum en Gambie, parfaitement intégré au développement local, est selon moi un bon prototype d’écomusée comme il s’en développe depuis quelques années. Au Cameroun, les musées de chefferies commencent à se professionnaliser – comme ceux de Bandjoun – grâce notamment à l’appui d’une ONG italienne, le COE ou Centre d’orientation éducative, qu’il faut signaler pour la qualité de l’intervention et de l’accompagnement. Au Mali, à côté du Musée national qui monte régulièrement en puissance à tous points de vue, on assiste au développement d’un réseau de musées communautaires, connus sous le nom de « Banques culturelles », dont l’une des principales ambitions est de tarir progressivement le flux du trafic illicite en encourageant les paysans à mettre en dépôt les objets qu’ils détiennent contre un prêt de type microcrédit.
Et au Bénin ?
Dans ce pays où je vis et travaille, il y a eu ces vingt dernières années une politique publique de réhabilitation systématique des anciens palais royaux avec l’intention d’y installer des musées : cela a donné des résultats intéressants, en termes de réhabilitation du patrimoine architectural, sur toute l’étendue du territoire et en particulier dans des localités comme Kétou, Kinkinhoué, Nikki, Savalou ; mais du point de vue de la conception et de l’animation « musée », les attentes restent à combler. J’aimerais signaler également au Bénin deux actions qui pour moi signalent des évolutions majeures : la création du Jardin des plantes et de la nature, le JPN, à Porto-Novo, et l’ouverture du Musée de la Fondation Zinsou à Cotonou. Le JPN, conçu à partir du reste de l’ancien jardin botanique de Porto-Novo, qui lui-même avait été implanté dans ce qu’il reste d’une ancienne forêt sacrée, est aujourd’hui ouvert au public comme un lieu de détente et surtout d’éducation à l’environnement africain. Quant à la Fondation Zinsou, elle s’est positionnée comme un acteur majeur de l’art contemporain africain. Elle organise des expositions et des activités d’animation de qualité optimum.
Mais une faiblesse des musées africains qu’on ne peut passer sous silence est celle de leur fréquentation : à peine quelques milliers de visiteurs dans la plupart des cas, à l’exception notable du Musée de plein air du Niger, à Niamey, et du Musée national du Kenya, ainsi que des nouveaux musées de mémoire en Afrique du Sud. Ces exceptions se comprennent : à Niamey, c’est plutôt la dimension zoo qui attire, au Kenya paléontologie et histoire naturelle font salles combles ; quant à l’Afrique du Sud, ce sont les centres d’interprétation autour de la vie et de l’œuvre de Nelson Mandela qui suscitent le plus d’intérêt auprès du public.
Existe-t-il un véritable monde des musées en Afrique ? Rencontre-t-on une conscience commune parmi ses acteurs ?
C’est oui ! Il y a un monde des musées en Afrique. Il faut rendre hommage à une organisation comme le West African Museums project, le WAMP, qui le premier a commencé à réunir les professionnels des musées en Afrique à travers des séminaires ; puis il y a eu les rencontres organisées dans le cadre des programmes comme Africom (2) et PRÉMA. D’ailleurs aujourd’hui, il y a toujours trois grands cadres de rencontres issus des mutations de ces trois projets. Celui du,WAMP est devenu programme ; Africom est une ONG internationale, une sorte d’ICOM-Afrique qui vient de rassembler plus de deux cent professionnels africains pour son congrès au Cap. Quant à l’ÉPA, ou au Centre for Heritage Development in Africa, le CHDA, elles sont les héritières du programme PRÉMA de l’ICCROM ; il y a aussi l’African Swedish Museum Network, le SAMP, un programme très important, appuyé par la coopération suédoise, qui a mis en réseau un certain nombre de musées africains, jumelés avec des musées suédois.
L’Afrique est un continent et les situations des pays sont contrastées. Mais existe-t-il des différences d’approche dans les politiques muséales et les pratiques des publics selon que le pays est francophone, anglophone, lusophone ou hispanophone ? Cette distinction est-elle artificielle ?
Je connais moins la situation des pays d’Afrique du Nord et beaucoup mieux celle des pays au sud du Sahara, notamment des pays francophones. Je constate effectivement des différences qui relèvent probablement de l’héritage colonial. Au niveau par exemple de la taille des équipes muséales : dans les pays francophones, une équipe de dix personnes est déjà une belle équipe ; alors que dans les pays anglophones, il n’est pas rare de voir des équipes de cinquante, voire de plusieurs centaines de personnes. L’équivalent du Musée national du Kenya – le NMK, avec plusieurs départements et des centaines de personnes – n’existe pas dans les pays francophones. Il y a aussi une plus grande diversité de musées dans les pays anglophones où les approches « histoire naturelle » ou « archéologie » sont courantes.
Les musées de type ethnographique, anthropologique ou de civilisation, comme on dit depuis quelques années, sont plus présents et plus « forts » dans les pays francophones. Il y a aussi des différences régionales : les musées sont par exemple plus présents et plus visibles en Afrique de l’Ouest qu’en Afrique Centrale. Il y a aussi la spécificité du Cameroun, où la vie muséale repose presqu’exclusivement sur les musées des chefferies ; dans ce pays, les musées publics – y compris le Musée national – n’ont jamais véritablement émergé.
Quand aux pays lusophones, on peut facilement noter – dans l’intention conceptuelle – une certaine prégnance des luttes de libération nationale que ces pays ont connues ; le musée des Forces armées angolaises, à Luanda, est exclusivement consacré à ce thème. Ce musée est d’ailleurs très intéressant par l’évolution à laquelle il est soumis : jusqu’à un passé récent, n’y était présenté que le point de vue du MPLA ; mais après la guerre civile, s’est posée la question de la place des autres mouvements politico-militaires, notamment celles de l’Unita et du FNLA (3). À Sao Tomé, l’exposition permanente du Musée national présente des témoignages très forts des répressions portugaises ; elle présente aussi une collection d’art religieux catholique du XVIIe siècle, unique en Afrique pour cette époque. La situation de la Guinée Équatoriale, seul pays hispanophone de l’Afrique, est préoccupante : un embryon de musée qui ne s’est jamais développé. À peine peut-on compter trois personnes affectées à ce musée en léthargie ; la situation ne s’arrange pas avec le boom du pétrole qui semble avoir effacé les préoccupations du patrimoine des agendas des décideurs.
En tant que directeur d’une fondation qui, parmi ses activités, forme des professionnels de musées, comment voyez-vous à moyen terme l’avenir des musées et plus largement des politiques muséales sur le continent ?
À mon avis, il y a un impératif aujourd’hui sur le continent : celui de renforcer les capacités -comme on dit dans le jargon du développement. Ici, cela a un sens immédiat : nous avons des structures fragiles, qui manquent de personnes qualifiées, de ressources, et vivant dans des environnements institutionnels souvent instables ou désuets. Si nous relevons le défi d’une formation professionnelle qualitative et d’un accompagnement éclairé des décideurs, le gros potentiel d’investigation et de créativité des musées africains éclatera. Sinon, il faudra encore beaucoup d’engagement militant : c’est d’ailleurs la dynamique de l’ÉPA.

1. L’École du Patrimoine africain (ÉPA) a été créée grâce à une première convention signée entre l’ICCROM et l’Université nationale du Bénin en 1998. Une seconde, signée avec les Musées nationaux du Kenya en 2000 a ensuite permis de créer sur le même modèle pour l’Afrique anglophone le Centre for Heritage Development in Africa (CHDA) à Mombasa.
2. Le Conseil International des Musées africains (Africom) est une organisation non gouvernementale (ONG) autonome et panafricaine créee en octobre 1999 à Lusaka (Zambie) et dont le siège est à Nairobi. Le coup d’envoi de cette initiative a été donné lors des Rencontres « Quels musées pour l’Afrique ? Patrimoine en devenir », organisées en 1991 à Lomé (Togo) par l’ICOM, le Conseil international des musées, dont le siège est accueilli par l’Unesco (Paris).
3. MPLA : Mouvement populaire de libération de l’Angola. Unita : Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola. FNLA : Front national de Libération de l’Angola.
///Article N° : 6669

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire