Le pari de la diversité…

Du 30 août au 6 septembre 2003, a eu lieu, à Abidjan, la sixième édition du MASA – comme le voulaient les organisateurs, un MASA de la réconciliation – dans un climat de  » ni paix, ni guerre « , dans une ville sous très haute surveillance où le public, pour diverses raisons, n’a pas toujours répondu massivement à l’appel.

La Côte d’Ivoire pourrait se réconcilier avec elle-même, avec l’Afrique et le monde par une activité culturelle intense, qui rassemble les filles et les fils du pays avec d’autres artistes venant d’ailleurs, toutes disciplines confondues… Le présent dossier, préparé dans des conditions difficiles, entend montrer que ce pays, entré dans la spirale de la violence politico-militaire depuis le jour de Noël 1999 et après un an de grave crise (depuis le 19 septembre 2002), pourrait renaître de ses cendres, de manière durable, par sa diversité culturelle qui peut être pensée comme une exception dont la préservation est un pari à gagner. Les conflits ou les guerres ne gomment pas la diversité. Les tensions de toutes sortes, l’intolérance, l’exclusion, les exactions quotidiennes contre des individus ou des groupes n’effacent pas de la carte d’un pays la diversité culturelle.. Il y a une culture de la guerre, comme il est montré ici. Je serai tentée de dire que la diversité est la réalité qui résiste aux vents de toutes les violences, car c’est le socle qui subsiste quand nous avons oublié qui nous sommes…  » Impératif éthique, inséparable du respect et de la dignité humain...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Partager :

Laisser un commentaire