” Les Africains sont devenus auto-destructeurs “

Entretien de Tanella Boni avec Zirignon Grobli (Extrait)

Abidjan

Zirignon Grobli est psychanalyste se réclamant de Lacan, philosophe et peintre. Il a passé vingt-cinq années de sa vie en France. Rentré en Côte d’Ivoire en 1977, il vit et travaille à Abidjan. Il a publié, depuis 1979, plusieurs recueils d’aphorismes. Il reçoit ses patients dans son cabinet d’analyse, à domicile. Il expose ses peintures, des grattages, en Côte d’Ivoire et à l’étranger. En 1993, aux Grapholies d’Abidjan, il reçoit le prix des Nations. En 1996, il fait partie du groupe Traces. En février 2001, il initie, avec d’autres peintres, un Salon des Lagunes (SALA). Il y a, dans sa pensée, une conception du bois sacré comme ” reste “. Il pratique ce qu’il appelle ” art thérapie ” et cet art donne naissance à ” de beaux restes “. Extraits d’un long entretien avec Tanella Boni sur l’art et la culture, la philosophie et la psychanalyse.

Comment peut-on être psychanalyste, philosophe et peintre et faire l’éloge de la Tradition ? Quand on considère les traditions dans le monde occidental, le monde chinois ou indien… et qu’on les compare aux traditions africaines, on constate que celles-ci sont plus archaïques. Cela se voit dans les systèmes d’initiation. Un élément très important de la philosophie de la vie africaine, c’est le bois sacré. Cela me remplit de ravissement quand je pense au bois sacré. Dans ma région, il n’y en a pas, mais je me réjouis que cela existe ailleurs en Afrique. (…) Le bois sacré postule qu’à l’origine il y avait une fo...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Partager :

Laisser un commentaire