Limoges 2002 : l’Afrique du 19e Festival International des Théâtres Francophones

Mais où sont à Limoges les textes de la maison des auteurs ?

Le Festival des Théâtres Francophones en Limousin, pour sa 19e édition, n’a pas oublié la création africaine et a programmé plusieurs premières françaises de spectacles créés sur le Continent dans de grands festivals comme le dernier MASA en Côte d’Ivoire ou le Festival international de l’acteur à Kinshasa. Le Congo, enfant chéri du festival depuis Sony Labou Tansi, a été à l’honneur avec deux spectacles, Carré blanc par la compagnie “Les bruits de la rue” mis en scène par Dieudonné Niangouna, ainsi qu’une adaptation de La Cérémonie, une nouvelle d’Emmanuel Dongala, dans la mise en scène de Nicolas Bissi par la compagnie “des Dialogues”. Il ne fallait pas manquer la troupe ivoirienne Ymako Téatri dont on avait déjà pu applaudir le célèbre Kaydara en 1997, puis Fama de Koffi Kwahulé en 1998. Luis Marquès et Claude Gnakouri qui dirigent la compagnie sont venus cette année avec une nouvelle création autour d’un conte : Mousso Koroni. Le jeune public n’a pas non plus été oublié et a pu saluer le conteur et metteur en scène camerounais Binda Ngazolo qui est revenu avec Minkana, d’après des légendes inspirées du mvett. Mais le clou de la programmation était la création chorégraphique du Burkina Faso avec les trois solos de Salia Sanou, Seydou Boro et Auguste Ouedraogo, trois grands danseurs et chorégraphes qui donnent aujourd’hui un écho international à la da...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Partager :

Laisser un commentaire