Mains vides contre kalachnikov

De l'Ensemble Artistique et Culturel des Aveugles et Amblyopes de Sègbèya (Bénin)

Mise en scène et scénographie : Isidore Sossa Dokpa
Print Friendly, PDF & Email

Que la francophonie ouvre l’oeil et le bon !
Ils n’ont pas la même perception de l’espace que ceux qui les regardent, eux ne voient pas les spectateurs, mais sentent leur présence, les écoutent et les respirent… Les comédiens que dirige avec talent Isidore Sossa Dokpa sont aveugles, mais le spectateur a tôt fait d’oublier leur handicap pour se laisser prendre par leur humour, leur générosité et leur bagou.
Une pièce aussi ironique que symbolique dans la programmation du festival puisqu’elle conte les mésaventures d’une petite troupe de mendiants de Cotonou habitués d’un carrefour de la capitale et que le ministère de la protection sociale somme un matin de déguerpir parce que le sommet de la Francophonie débarque… Un sujet qui n’était pas pour plaire aux autorités béninoises qui ont quelque peu « chahuté » Isidore Sossa Dokpa, d’autant que l’anecdote est authentique.
En invitant ce spectacle, Patrick Le Mauff n’a pas résisté à l’envie de faire un pied de nez à une certaine idée raide et guindée de la francophonie. Car ce spectacle pour autant modeste qu’il soit dans sa facture, son écriture et sa dramaturgie recèle intrinsèquement une force symbolique qu’il serait de bon aloi d’interroger, celle de cette parabole des aveugles qui nous revient inévitablement en mémoire et qu’il convient de méditer si on ne veut pas que la francophonie aille dans le mur à force de repli sur soi. Patrick Le Mauff prône une francophonie à l’écoute des autres langues, une francophonie qui n’a pas peur des fraternités linguistiques, des mariages insolites et des enfants naturels, une francophonie culturelle qui accueille les mélanges comme celui du fon et de ce français inouï que nous font entendre les acteurs avec un naturel et une simplicité qui donnent à ce spectacle toute sa justesse.

Texte : Célestine Atinklèmè
Mise en scène et scénographie : Isidore Sossa Dokpa
Lumières : Alphonse Atacolodjou
Costumes : Alain Gnonionfoun
avec Edouard Agboéssi, Kess Dine Chidiac, Ghislain Honfoga, Christelle Amour Agossou, Célia Missigbèto, Julien Komlan Gbéto, Clément Ahissou. ///Article N° : 1600

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire